Résolution de la crise malienne : le collectif «Maliko» réclame la tenue immédiate des concertations nationales

Les membres du Collectif «Maliko» ont organisé à la Maison de la presse, le samedi 17 septembre 2016, une conférence de presse. L’objectif était pour les conférenciers de dénoncer la gestion chaotique du régime d’IBK et aussi de réclamer au président de la République et à son gouvernement l’organisation des Concertations nationales afin que tous les Maliens de l’intérieur et de l’extérieur se retrouvent autour d’une table pour discuter des problèmes maliens et proposer des solutions maliennes.

insecurite violence accident

Cette conférence de presse était animée par les présidents du Réveil citoyen du Mal, du Mouvement des jeunes patriotes du Mali ; le représentant de la Confédération syndicale des travailleurs du Mali, les jeunes des partis politiques (Urd, Parena, Fare, Pdes)..

Dans son propos liminaire, Sékou Keïta, non moins le président des jeunes patriotes, a indiqué que le pays va mal. Partant de ce constat, dit-il, les jeunesses de Kati et de Bamako ont décidé de se retrouver en mettant de côté leur appartenance politique, religieuse et sociale afin de s’unir pour faire le combat du Mali. Et dans ces groupements des jeunes, renchérit-il, chacun avait déjà posé des actes pour dénoncer la mal gouvernance, la corruption, l’amateurisme du gouvernement, l’incapacité du gouvernement à répondre convenablement aux aspirations du peuple et à assurer la sécurité des Maliens de Kayes à Kidal. Selon les conférenciers, l’impérieuse nécessité imposée aujourd’hui est que la jeunesse se prononce, étant l’avenir du pays ; mieux la société civile et les politiques sont obligés de s’unir à un moment donné pour mener le combat pour le Mali.

Ils ont rappelé les différents scandales réalisés sous le régime d’IBK. Qui sont entre autres, le scandale de l’achat de l’avion présidentiel, l’achat des équipements militaires avec la surfacturation jamais vue, la visite hasardeuse du Premier ministre Moussa Mara dans la ville de Kidal. En outre, ils ont estimé que le chômage est de plus en plus récurent avec 400 000 chômeurs de plus occasionné par l’opération Ami Kane. Une opération, selon eux, qui pouvait être mieux cernée avec une bonne sensibilisation, un bon suivi et une bonne implication de tous les acteurs concernés, notamment les commerçants détaillants. À les en croire, la démocratie est mise à mal par le gouvernement qui n’hésite pas à réprimer les manifestants en défendant leurs intérêts ou en exprimant leur désarroi. De leur point de vue, le vote de la loi électorale suscite la partition du pays, sinon dans un seul pays, on ne doit avoir des mandats différents.

À cet effet, les membres du Collectif réclament à IBK et au Gouvernement d’organiser les Concertations nationales dans un bref délai, afin que tous les Maliens de retrouvent autour d’une table pour discuter des problèmes maliens et proposer des solutions maliennes pour le bonheur du Mali.

 

Seydou Karamoko KONE

Source: Le Flambeau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *