Protection des institutions face aux menaces jihadistes : l’Assemblée nationale laissée pour compte

Face à la guerre asymétrique que livrent les jihadistes contre le gouvernement malien en s’attaquant aux symboles de l’Etat et aux positions des braves Fama, les hautes autorités, en vue d’apporter la réponse idoine à ces attaques, ont renforcé la sécurité autour des cibles potentielles dans la capitale et alentours. Le hic, la deuxième institution du pays, l’Assemblée nationale est laissée pour compte et exposée à la menace jihadiste. Aucun dispositif sécuritaire digne de nom n’est visible aux alentours de l’hémicycle. Sauf à laisser les commerçants ambulants et bandits à occuper les alentours du site.

assemblee nationale mali

Avec le laxisme des autorités du District à libérer les artères publiques et à faire place à désordre au niveau du Rail-da et dans la capitale, les commerçants ambulants et les bandits, qui squattent le long des rails et les alentours de l’hémicycle, ont aujourd’hui, du fait de l’incapacité avérée des autorités à instaurer l’autorité de l’Etat,  une emprise sur les lieux. Les abords de l’Assemblée nationale, laissés aux commerçants et aux bandits, est devenu un endroit dangereux de la capitale. Les alentours de l’Assemblée nationale, à une certaine heure, sont connus pour leur dangerosité et sont devenus des lieux de perversion, de vols et de la vente des drogues durs. Encore que les alentours des rails au niveau de l’Assemblée nationale servent de dortoir aux jeunes désœuvrés et mendiants, sans repère.

Ce faisant, les commerçants et les bandits, libres de leurs mouvements,  ont envahis les abords de l’Assemblée nationale pour exposer leurs marchandises. Pis, les murs de l’hémicycle servent d’étales aux commerçants installés aux alentours de l’institution pour vendre leurs marchandises. Et ce désordre a lieu,  au vu et au su, du président de l’institution, Issaka Sidibé et des députés qui n’entament rien pour assurer la protection des lieux. Même à crier leur ras-le-bol de l’occupation anarchique des lieux. Toute situation qui porte à croire qu’en ces moments douloureux pour notre pays, le président Issaka Sidibé et ses députés ne se soucient pas de leur propre  sécurité. Or, à voir le désordre et l’insécurité totale qui règnent autour de  l’Hémicycle, nous pouvons affirmer que les représentants du peuple sont exposés à de réels dangers.

Débarrasser les alentours l’hémicycle des commerçants ambulants et des bandits doit être une priorité pour Issaka Sidibé, maître des lieux, afin de protéger l’institution contre une probante attaque, surtout en ces heures de menaces jihadistes qui planent sur le pays. Avec ce désordre qui entoure l’Assemblée nationale, il est très facile aux individus malintentionnés d’accéder à l’enceinte de l’hémicycle, sans être repérés et inquiétés. Et c’est à ce désordre qu’il faudra mettre fin.

Le président Issaka Sidibé, du fait de ses maladresses au cours des séances à l’Assemblée nationale, a du mal à  imposer sa notoriété et il urge aux députés siégeant à l’hémicycle de prendre la question sécuritaire de l’institution à bras le corps. Cette institution  doit bénéficier d’un dispositif sécuritaire renforcé et dissuasif pour parer à d’éventuels événements malencontreux.

Aujourd’hui, vu la recrudescence des menaces jihadistes sur l’ensemble du territoire national, aucune ville et institution n’échappent à l’attaque de ces hommes barbares, sans foi, ni loi. Et la vigilance doit être de mise à tous les niveaux pour contrer ces attaques terroristes.

 

Serge BAMBA

Source: L’Oeil du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *