Prise en compte du cas des militaires morts aux combats dans le nouveau statut : Enfin bravo I.B.K !

Dans une de notre  parutions  N° 170 du 30 Juin 2016, le Journal ‘’CARREFOUR’’ a fait une interview imaginaire dont le titre était ‘’Modibo KEITA à IBK : Vous m’avez tué !’’  

ibrahim boubacar keita ibk president malien hommage funeraille soldats mort nampala nord mali

Dans cette interview, feu Modibo KEITA  avait posé  la question à IBK de savoir  les raisons du déclin de l’empire Romains après l’abdication du Roi Romulus AUGUSTULUS le 4 Septembre 476.

IBK a répondu à feu Modibo KEITA, que plusieurs causes étaient citées mais que c’est  le manque de visions des différents empereurs qui se sont succédé qui en est  la principale cause. Modibo KEITA  a été rassuré effectivement qu’IBK a bel et bien obtenu à la Sorbonne PANTHEON de Paris, le diplôme supérieur en Histoire des Régimes Politiques Antiques.

Egalement dans une interview imaginaire entre le Président IBK et le capitaine ‘’BAD’’ mort au combat avec ses 115 compagnons le 24 Janvier 2012, ce dernier  imaginairement, avait appris que les députés rebelles déserteurs réclamaient leurs arriérés de salaires et de primes de cessions de 2012 à 2016. Etant convaincu qu’IBK allait accepter cela, le Capitaine ‘’BAD’’ a donc prié IBK de penser aux sorts de ses 115 compagnons et tous les soldats morts depuis cette date en mission commandées.

En réalité, notre objectif n’était pas d’écorcher le président IBK sur une quelconque manque de vision pour l’armée, mais  à insister sur l’urgence avec laquelle, la loi de programmation militaire et la prise en charge des soldats morts en missions commandées et leurs ayant droits devraient être traitées. Pour nous, il y a plusieurs manières d’attirer l’attention des dirigeants sur les insuffisances de leur gouvernance dont des interviews imaginaires. Nos appels par ces interviews imaginaires ne sont pas tombés dans les oreilles d’un sourd. Cela est certain, car le nouveau texte relatif au statut général des militaires vient d’être adopté par l’Assemblée Nationale par 106 voix pour et zéro voix contre. Ce texte vient combler les insuffisances que nous avons signalés dans nos interviews imaginaires.

Aux dires du rapporteur, le projet de loi apporte les éléments nouveaux comme l’extension du champ de la réserve opérationnelle aux personnels du contingent accomplissant le service militaire et aux personnels de la réserve appelée sous le drapeau ; la prise en compte des grades d’adjudant-chef major, de chef d’escadron, de chef de bataillon et d’élève sous-officier dans la hiérarchie militaire ; la définition du statut de combattant et d’ancien combattant ; la possibilité de tenir les conseils d’enquête et ou de discipline sur le théâtre des opérations ; la spécification de la durée au-delà de laquelle le déserteur est radié d’office ; la prise en compte du niveau d’enseignement supérieur dans la nomination du grade de général ; la précision du niveau hiérarchique de nomination des militaires du rang ; l’introduction de dispositions relatives à la protection du militaire dans l’exercice de ses fonctions et l’amélioration de ses conditions de vie ainsi que celles de ses ayants droit ; les sanctions et les récompenses.

Le président de la commission de Défense Nationale, de la sécurité et de la protection civile, l’honorable Karim KEITA, s’est félicité de l’adoption de cette loi. Pour lui, désormais chaque militaire décédé au front est promu au grade supérieur et recevra  au bout de 3 mois, 12 mois de salaire  comme capital décès sans compter les autres avantages.

Le ministre de la défense et des Anciens combattants, Tiéna COULIBALY, a mis l’accent sur la nécessité de l’application de la LOPM. Il a également insisté sur le fait que l’armée sera  désormais mieux équipée, plus professionnelle et apte à accomplir ses missions convenablement. Cela n’est pas une nouvelle annonce en la matière. Depuis 2015, les FAMAS attendent sans rien voir venir. Dans ces textes de motivations de nos différents articles, nous avions demandé à ce que cette mission préparatoire pour  nos soldats qui n’a  que trop duré soit confiée à la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée Nationale. Nous osons croire que nos cris de détresse pour sauver l’honneur et la dignité des soldats en missions commandées et ceux morts ont été entendus par le chef suprême des armées. Voici que la presse est nécessaire souvent pour rappeler nos gouvernants à leur devoir. Bravo donc à IBK pour nous avoir entendu !

Badou S Koba 

Par Le Carréfour

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.