Pourparlers inter maliens d’Alger : Crise de confiance entre les parties

Mahamadou Djeri Maiga vice president mnla touareg azawad negociation reconciliation paix nord mali

Les parties maliennes sont à Alger depuis le mardi 10 février. Le gouvernement malien est représenté au plus haut niveau avec le Premier ministre et des ministres clés du dossier. Mais hélas, depuis une semaine, Bamako ne reçoit aucune nouvelle potable en provenance d’Alger, que de plaintes des uns accusant les autres de violations de cessez-le feu, et des accusations des autres contestant la représentativité des premiers. Et dans tout ça, la médiation a du mal à s’imposer. A la place d’une avancée significative s’installe une crise de confiance entre les parties en présence, dont les états d’âme n’évoluent pas plus que ce qu’est la réalité sur le terrain à Tabankort, Kidal, Gao… entre les groupes armés de la Coordination des Mouvements de l’Azawad et ceux de la plateforme. Les attaques et affrontements armés sur le terrain se traduisent par un malaise réel et un enlisement des rencontres prévues à Alger. Cependant les parties disent toutes leur disponibilité, leur volonté réelle à faire la paix, en trouvant un accord qui tarde à tomber.
Le gouvernement qui a tenu une table ronde à la demande des partis politiques de l’opposition, mais sans eux parce qu’ayant refusé leur demande de report, se trouve à nouveau devant le mur.
« Les parties veulent croire en la possibilité d’un accord à l’issue de ce round des négociations. Mais sur le terrain, elles reconnaissent que la tension est loin d’être calme », selon le studio Tamani (le 16 février) dont l’envoyé spécial est sur place à Alger. Ce week-end la plate-forme a, dans un communiqué, accusé les groupes armés de la coordination d’avoir « attaqué » ses positions à Tabankort, près d’Annefis. Et dénonce « un sabotage du processus d’Alger ».
La cérémonie de cet après-midi [lundi 16 février] intervient dans ce climat tendu marqué par le refus de la coordination de reconnaître « la légitimité » des mouvements de la plate-forme à la table des négociations, souligne le studio Tamani. Le médiateur s’emploie à harmoniser les positions. Les prochaines heures devraient nous donner plus de détails sur cette bataille de légitimité.
Ce 5e round des pourparlers inter-maliens à Alger, n’ont pas été mis à profit pour ranger les armes. Les violences ont continué et le dimanche , sept soldats de la Minusma ont été blessés à Tabankort. «Aucune précision ne peut être donnée pour l’instant quand au type de l’attaque et à ses circonstances», selon la Minusma. Il faudra attendre le rapport des enquêteurs sur le terrain pour donner plus de détails.
B. Daou

Source: Lerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.