Pour exiger la libérations de Yamoussa Camara et du capitaine Konaré : Des militaires ont manifesté bruyamment à Markala mercredi dernier

Un groupe de plusieurs dizaines de militaires a manifesté bruyamment à Markala, mercredi dernier, pour exiger la libération du Général putschiste Yamoussa Camara et du capitaine Amadou Konaré qui se trouvent emprisonnés dans la même localité, suite à un mandat d’arrêt décerné par le juge d’instruction Karembé dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de vingt et Bérets rouges.

 YAMOUSSA CAMARA conseil special palais ministre defense

 

Selon les informations recueillies d’une source qui est sur place à Markala, le bruit a couru dans toute la ville qu’il y avait une mutinerie. Et la peur s’était emparée de la ville. En réalité, il s’agissait de manifestations bruyantes de plusieurs dizaines de militaires. Des stagiaires regroupés dans le cadre d’une formation pour l’obtention du Certificat interarmes (CIA) et qui ont profité de leur présence dans cette localité pour manifester leur colère contre l’arrestation et le transfèrement du Général Yamoussa Camara et du capitaine Amadou Konaré qui se trouvent enfermés sur place.

Jusque tard dans la nuit c’était la confusion et les autorités ont dû dépêcher le commandant de la zone militaire, basé à Ségou, pour les ramener à la raison, après d’intenses négociations, selon une source militaire.

C’est dire que les autorités doivent s’empresser d’en finir avec cette affaire qui empeste l’atmosphère dans les casernes et autres corps de l’Armée où Sanogo et consorts ont toujours des relais qui ne ratent aucune occasion pour fustiger leur arrestation et s’en prendre aux autorités.

Une façon de galvaniser sournoisement les troupes en vue d’un soutien aux dirigeants de l’ex-Cnrdre qui continuent de bénéficier de tous les avantages dont ils s’étaient affublés après leur installation aux affaires au forceps. Ils sont couchés sur un important matelas financier et disposent encore d’une capacité de nuisance qui leur permet, même étant en prison, de faire montre d’une capacité de nuisance.

C’est ainsi qu’ils ont failli pousser le téméraire juge d’instruction Yaya Karembé à la démission à travers les manœuvres de gens acquis à leur cause – de façon intéressée ou désintéressée ?- et tapis dans les rouages de l’administration publique et de la justice. Il est donc temps de faire évoluer le dossier qui les a conduits en prison, mais surtout de prendre toutes les dispositions pour que ce qui s’est passé à Markala ne se reproduise point.

Heureusement que le nombre de militaires qui manifestaient à Markala n’était pas impressionnant pour provoquer une panique dans les rangs du pouvoir, mais cela a beaucoup affecté la quiétude de la ville de Markala. Dès lors, c’est le premier test sérieux pour le successeur de Soumeylou Boubèye Maïga, le ministre de la Défense, Ba N’Daou, qui aura fort à faire pour ramener toute la troupe dans les rangs tant l’indiscipline s’est installée au niveau des forces armées et de sécurité.

Tous les regards sont désormais tournés vers lui pour voir si la réputation d’homme de poigne qu’on lui prête se manifestera envers ces indisciplinés en guise de mesure dissuasive pour toute autre velléité de ce genre au sein des forces armées et de sécurité.

Affaire à suivre.

Baba DIARRA

SOURCE: Zénith Balé
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.