Pas de pardon pour Iyad Ag Ghaly

Bien que fortement affaibli et retranché en Algérie, Iyad ag Ghaly demeure une tâche dont n’arrive à se défaire le Mali. Le chef d’Ançar Dine représente en effet le symbole encore vivant des pires atrocités qu’il a fait subir aux Maliens, au nom de ses intérêts mercantiles, de ses trafics et de sa vision dénaturée de l’Islam. Pour la mémoire de toutes ses victimes, il ne saura jamais être pardonné !

chef groupe ansar eddine iyad ag ghali

La menace obscure que font peser les terroristes sur le Mali tente désormais de se rapprocher du sud… Quelques attentats ont été commis et, fort heureusement, d’autres ont été déjoués, au cours de ces derniers mois. Planifiés par des fanatisés ayant reconnu être affiliés à une Dawa islamique pervertie et au Front de Libération du Macina, ces attentats ou projets d’attentats ont été par la suite rattachés à Iyag ag Ghaly.

La récupération a-postériori de la paternité de ces actes traduit certes le besoin de compenser sa perte de moyens et de crédibilité dans le nord ; mais tout autant ses liens étroits avec une faction de la Dawa et la mouvance terroriste créée par un certain Kouffa. Même planqué chez nos voisins algériens, le chef d’Ançar Dine s’imagine pouvoir peser sur l’avenir du Mali et, surtout, entraver le processus de paix en cours.

Cela fait en effet un certain temps qu’Iyad ag Ghaly a ouvertement montré de quelle nature est son projet pour le Mali, et surtout pour lui-même… Ce n’est évidemment pas l’indépendance du nord, cause qu’il a maintes fois trahie par le passé et qu’il ne gagnerait pas quoi qu’il en soit en allant faire exploser les mosquées respectables de Bamako (comme ses disciples arrêtés dans la région de Sikasso s’y préparaient).

Déjà auparavant, c’est lui qui avait permis l’installation d’AQMI dans le nord et l’instauration des lois sur les décapitations à la chaîne, les mains coupées, les lapidations et autres tortures… Allez demander aux Touaregs ce qu’ils pensent d’Iyad ag Ghaly et de son intérêt pour la cause Azawadienne !

Pourquoi Iyad Ag Ghaly reste aujourd’hui caché dans l’ombre, à l’affut. Simplement parce que son agenda irréaliste n’est autre que la mise en place d’un Islam radical dans tout le Mali, par la terreur. C’est pour ce faire qu’il vise Bamako, la finalité étant, dans son délire de toute-puissance, de laisser ses comparses fanatiques prendre possession de Koulouba et imposer leur violence au Mali tout entier. En toile de fond se dessine un complot d’Iyad ag Ghaly et de ses alliés radicaux, qui aspirent à répandre le sang dans le pays, jusqu’à Bamako.

Car les attaques et tentatives d’attaques ont aussi démontré que, sous couvert de ré-islamisation, le FLM et la Dawa sont au service des fins personnelles de terroristes. Ils n’en sont finalement qu’une vitrine avec pignon sur rue et ont pour seule volonté de s’en prendre à la population, pour la faire vivre dans la terreur, sous la menace permanente et la dépouiller de ce qu’il lui reste. Des méthodes bien éloignées de leurs prêches…

Voilà donc pourquoi le terroriste s’intéresse tant au sud et à la capitale. Voilà donc pourquoi, par lâcheté, pour se protéger eux-mêmes, ou par complicité avide, certaines personnalités totalement corrompues défendent l’idée intolérable de négocier avec le terroriste le plus ignoble et manipulateur du Mali, sous prétexte que ce serait le moyen de mettre un terme aux actes criminels qu’il incite d’autres à commettre !

Nous savons que le terroriste a en effet de nombreux comparses bien placés, dont il a su s’acheter la conscience. Nous parlons d’hommes politiques et même de certains religieux populaires. Des sources bien informées assurent que certains imams radicaux n’hésiteraient pas à soutenir les adeptes de la Dawa et du FLM qui veulent s’implanter sur Bamako, favorisant ainsi le renversement du gouvernement qui en suivrait probablement.

Quitte à répandre dans tous le pays le chaos qui a régné dans le Nord ! C’est dans cette perspective cauchemardesque et irréaliste qu’Iyad ag Ghaly a d’ores et déjà fait le ménage autour de lui, qu’il s’est débarrassé de ses lieutenants les plus acquis à la cause Touarègue, et qu’il s’est démarqué de ses alliés d’AQMI, imaginant pouvoir obtenir en contrepartie la réhabilitation politique qui lui permettrait de sortir de sa planque et de refaire surface sur le plan national.

Enfin, comment pourrait-on imaginer accorder encore un souffle de confiance à quelqu’un qui, dans une vie, aura volé l’épouse d’un autre, puis trahit à la fois son pays, son Azawad, ses plus fidèles combattants, ainsi que son sponsor financier et politique AQMI et les sacrifier tous à son seul appétit de puissance et d’argent ?

Faut-il que ses fidèles soient ignorants, faut il qu’AQMI soit aveugle mais pire encore, faut il que notre peuple soit faible pour laisser encore ce vulgaire assassin nous bafouer ?

Mais aucun Malien n’acceptera toute négociation avec celui qui s’avère être le plus grand criminel du Mali, car cela constituerait une trahison et une salissure de la mémoire de toutes les victimes maliennes qu’il a faites et qui le hanterons jusqu’à ce qu’il soit éliminé.

Iyad Ag Ghaly n’a jamais fait de cadeau à personne il prend ce qui l’intéresse mais ne donne que la mort en échange. Après une existence vouée au crime, la seule chose positive qu’il peut faire c’est de disparaître définitivement de notre pays. Cela arrivera forcément bientôt mais si quelqu’un accélère son destin cela lavera une part de la honte qu’il nous inspire.

L’accord de paix de juin a montré que le Mali ne veut plus de lui et est aussi le premier pas sur la voie de la paix que les Maliens on choisi d’emprunter ensemble et sans Iyad ag Ghaly.

Idrissa KHALOU

Source: Autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.