Opération de sécurisation au Nord : Le Gouvernement va-t-il légalisé l’illégal à travers les patrouilles conjointes

La Commission Technique de Suivi (CTS) est entrain de tromper le Mali sur marchandises. Comment peut-on comprendre, que la décision de faire des patrouilles conjointes n’a nullement fait l’objet d’aucun débat lors des différentes réunions de la CTS tenues à Bamako depuis la signature de l’Accord, soit entretemps mise en place et opérationnelle à l’insu des Forces Armées Maliennes (FAMA) ?

vehicules forces securite arme maliennes patrouillent

Ces patrouilles se font désormais avec seulement les troupes de la MINUSMA, celles de la CMA et de la Plateforme.

Là où on doit être inquiet, c’est le fait d’ignorer totalement la place des FAMA dans ces patrouilles conjointes. Elles ont pour but de lutter contre le terrorisme, le trafic de drogues et les autres formes de criminalité transnationale organisée, tel que défini dans l’Accord d’Alger.

Là où les groupes armés doivent venir en appui, ils sont désignés avec la complicité du Comité Technique de Suivi, comme les principales forces devant jouer le rôle essentiel. En somme dans ce marché de dupes les rôles sont inversés sciemment. Où sont donc nos autorités ? Sont-elles informées de cette situation où font-elles semblant de ne rien voire ? Par rapport à cette énième tromperie curieusement nos autorités sont devenues aphones et pourquoi ?

La CMA et le GATTIA, les deux groupes armés qui ont fumé tout récemment le calumet de la paix en l’absence de l’état et avec la bénédiction de la MINUSMA, sont de par ces pratiques nouvelles entrains de trahir le gouvernement et le peuple malien sur marchandises.

Selon l’Accord d’Alger la priorité revenait à l’identification et la validation des sites de cantonnement, de regroupement et de démobilisation des combattants. Cette phase a pris beaucoup de retard et n’est exécutée qu’à 30%. Au lieu donc d’accélérer ce rythme, le Comité Technique de Suivi de l’accord encourage et nous divertie avec les ‘’patrouilles conjointes’’.

Toujours selon l’Accord d’Alger les FAMA, la CMA et le GATTIA avec si nécessaire et si possible l’appui de la MINUSMA et des forces internationales doivent faire des ‘’patrouilles mixtes’’. Mais en lieu et place, la Plateforme a substitué les ‘’patrouilles conjointes’’.

En acceptant cela, le gouvernement légalise une situation illégale par peur de ne pas recevoir les courroux de la France. Il ne devrait eu aucun cas être question de permettre à des groupes armés d’assurer la mission de sécurisation de tout ou partie du territoire. Cela nous amène à une violation de la souveraineté du Mali. Au lieu de dénoncer ce fait, la MINUSMA contrairement à son mandat, entérine. Cette imposture de la CMA et du GATTIA contre le Mali

Le gouvernement va-t-il continuer à gérer la mise en œuvre de l’Accord avec amateurisme, comme ça été le cas lors des discussions de l’Accord d’Alger qui en finalité pose plus de problèmes qu’il en résolve. Dès à présent le gouvernement doit ouvrir les yeux pour ne pas encore trahir le Mali.

Seydou DIARRA

Source: Le Carrefour

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.