Nord du Mali : La CMA provoque jusque dans le Gourma

Tellement que la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) se sent pousser des ailes qu’elle décide de promener ses troupes dans le Gourma. Cette zone située plus au sud par rapport à Kidal, le fief des irrédentistes Touaregs, est un espace vital dans le viseur de tous les groupes armés qui se baladent dans le nord et le centre du pays. Mais la décision de la CMA semble résultée de la complaisance de la transition de Bah N’daw qui croit faire une bonne action en laissant les mains libres aux indépendantistes.

 

Si la décision que vient de prendre la CMA prospère, les chances d’aller vers une paix durable seront réduites à néant. Comment peut-on comprendre que dans un processus de paix sous le contrôle des Nations-Unies, un groupe armé ait la possibilité de créer une zone militaire dans l’intention de nuire aux efforts de stabilisation du pays ? La CMA vient de prouver sa propension à rendre la vie encore plus difficile aux populations maliennes, plus précisément celles du nord.

Elle prétend agir pour la sécurité de la population meurtrie de la zone du Gourma, une localité bien loin de Kidal.

Les responsables du mouvement ont fait exprès de communiquer pour provoquer les gens, en choisissant les mots qui fâchent, juste dans le but d’attirer l’attention sur eux. Comme d’habitude, la volonté des communicants de la CMA est de monnayer leurs provocations.

Une fois de plus, la CMA affiche sa mauvaise foi dans le processus de paix. Il n’y avait aucunement la nécessité de créer une zone militaire. En réalité, les forces maliennes, les soldats français et les autres groupes armés ont formellement engagé une sécurisation du Gourma ensemble. Que peut-on faire de mieux que cela pour montrer à la CMA que l’objectif est de travailler pour la stabilité du pays.

On voit que tout ce qui intéresse la CMA est de saboter les efforts de paix, même si beaucoup de ses responsables font partie du gouvernement de transition. Les autorités actuelles font tout pour appliquer certaines parties de l’accord d’Alger contre la volonté de la majorité de la population. La CMA au lieu d’être reconnaissante, met le pied dans le plat en sortant avec un communiqué qui divise davantage les ressortissants du nord qui ne veulent pas tous de l’accord de paix dans son état actuel. Le risque est de pousser le reste de la population malienne à s’opposer à toute tentative de promotion de l’accord.

ND

Source : L’Alerte

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.