Mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation : BALLET DIPLOMATIQUE A KOULOUBA


ibrahim boubacar keite ibk president malien audience rencontre diplomat amabassadeurLe palais de Koulouba a abrité, vendredi en fin d’après midi, deux audiences de haute portée autour de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, signé respectivement par le gouvernement, la plateforme et la communauté internationale le 15 mai 2015 et la CMA, le 20 juin 2015.
Le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta a reçu ensemble, les ambassadeurs des Etats Unis, Paul Folmsbee, de la Grande Bretagne, Jo Adamson Obe et le chargé d’affaires de l’ambassade de la France au Mali, Emmanuel Farcot. Les audiences se sont déroulées en présence du Premier ministre, Modibo Keita.
Les représentants de ces trois pays, tous membres du Conseil de sécurité de l’ONU, sont venus échanger et informer le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keita, des efforts déployés par le Conseil de sécurité dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali. « Le président de la République a témoigné de sa détermination à tout faire pour que les termes de l’accord soient respectés de manière satisfaisante », indique Emmanuel Farcot.
Le souhait du Conseil de sécurité est qu’aujourd’hui chacune des parties puisse faire preuve de responsabilité et de bonne volonté. « Il faut aussi que les différentes parties reviennent aux termes de l’accord et participent à toutes les réunions organisées dans le cadre de la bonne mise en œuvre de l’accord. Pour les sanctions, on verra », a souligné le chargé d’affaires de l’ambassade de France.
Ce fut ensuite au tour du Haut représentant de l’Union africaine au Mali, Pierre Buyoya et du représentant spécial de la CEDEAO au Mali, Abdou Chéaka Touré, d’être reçus par le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keita. Les échanges ont essentiellement porté sur la situation qui prévaut dans les régions nord du pays et à Kidal en particulier.
« La communauté internationale nous a proposé un plan de règlement de cette crise qui survient après la signature de l’accord avec les parties prenantes. Un moment donné y’a pas eu d’accord sur ce règlement, nous avons sollicité le gouvernement. Le président de la République nous a donc appelé pour nous indiquer comment il va contribuer pour que ce plan que nous avons proposé soit mis à l’application », développe Pierre Buyoya. Une entente parfaite a donc régné entre le chef de l’Etat et ses visiteurs.
L’Union africaine avait, à titre de rappel, condamné fermement la reprise des hostilités et selon Pierre Buyoya, l’UA a travaillé activement pour trouver une solution à travers un projet de plan de règlement en collaboration avec tous les autres [partenaires]. « Nous souhaitons que ceux qui ont violé l’accord retournent à leurs positions initiales immédiatement et sans conditions », rappelle le haut représentant de l’UA.
A la question de savoir si dans ce cas la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) va retourner à Anéfis ou pas, il répond en ces termes : « c’est selon certaines modalités d’application. Le plus important c’est de trouver un point d’accord avec toutes les parties ».
Samedi matin, c’était le tour du Représentant spécial du Secrétaire général (RSSG) et chef de la MINUSMA, Mongi Hamdi, d’être reçu en audience par le président de la République. Selon un communiqué du service de communication de la MINUSMA, durant cette rencontre, les deux personnalités ont abordé les développements regrettables qui se sont récemment déroulés à Amassine et Anefis, tout en s’accordant sur le fait que ceux-ci constituaient des violations graves du cessez-le-feu.
Toujours selon le communiqué, Mongi Hamdi s’est félicité de l’engagement personnel du président en faveur du processus de paix ainsi que son appel au retrait des forces présentes actuellement à Anefis.
« La MINUSMA et la communauté internationale demeurent engagées aux côtés du gouvernement du Mali et les parties impliquées dans la mise en œuvre de l’Accord de paix », conclut le communiqué.
A. A. MAÏGA

source ; L ‘Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *