Me Harouna Toureh, porte-parole de la Plateforme, à propos d’Anefis : « Nous avons accédé à la volonté du président de la République et le désengagement a déjà commencé sur le terrain »

C’est la substance d’un entretien téléphonique que le porte-parole de la Plateforme républicaine nous a accordé ce lundi 31 août 2015 aux environs de 21 heures. Me Harouna Toureh, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a expliqué que la Plateforme a accédé à la volonté du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita, lequel a reçu le vendredi dernier des responsables de l’organisation à Koulouba pour leur exprimer le souhait de voir la Plateforme quitter la ville d’Anefis, devenue ces derniers temps l’objet de toutes les crispations diplomatiques et dont le point culminant a été la suspension de la participation de la CMA aux travaux du Comité de suivi de l’Accord.

maitre Harouna Toureh avocat juriste défenseur porte parole mnla azawad toaureg negociation pourparlesA en croire notre interlocuteur, depuis 48 heures, une délégation de la Plateforme est à Gao dans le cadre d’une visite de terrain ayant pour but de convaincre les combattants à accepter le principe. Déjà les combattants se sont désengagés de certaines localités où il y a eu les combats avec la CMA. Mais l’effectivité du désengagement pourrait prendre du temps, prévient notre interlocuteur.

Quid de la protection des populations d’Anefis après le départ de la Plateforme ? Pour Me Toureh, si la ville est réoccupée par la CMA, en cas de problèmes, la Minusma portera l’entière responsabilité puisque c’est elle qui insiste sur le départ de la Plateforme malgré la volonté des populations locales lesquelles apprécient le travail des combattants de la Plateforme.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *