Mali-UE : La transition peut-elle cracher sur l’aumône ?

La transition a refusé de respecter ses engagements envers les partenaires du Mali dont l’Union européenne qui conditionne son aide au respect scrupuleux de nos engagements. Or, il n’est un secret pour personne que l’aide de cette dernière est pourtant substantielle pour le pays. La suspension de l’aide de la Banque mondiale et celle d’autres partenaires laisse un vide financier difficile à combler. Ce, dans la mesure où l’’Union européenne avait annoncé l’octroi d’une aide de 24 millions d’euros sous réserve de son utilisation par le pouvoir.

L’aide de la Banque mondiale a été interrompue dans ce contexte économique difficile. Aujourd’hui, le Mali a perdu la plupart des aides qui lui étaient octroyées par des partenaires économiques soucieux de la précarité de la population. De nombreux volets de la coopération économique sont à l’arrêt en ce moment à cause des choix du gouvernement.

Le soutien de 24 millions d’euros devrait aider à renforcer les capacités des forces armées maliennes afin de leur permettre de mener des opérations militaires contre les groupes terroristes. C’est ce qu’a fait savoir le Conseil de l’Union européenne, mais Bamako a fait la sourde oreille. Cette aide avait pourtant été demandée par les autorités maliennes et elle a été approuvée au titre de la Facilité européenne de paix.

Elle allait concerner le soutien de l’Académie des sous-officiers à Banankoro, la rénovation de l’infrastructure de formation à Sévaré Mopti mais aussi la fourniture d’équipements militaires. C’est ce dernier point qui est le plus délicat car se posait la question de la livraison d’armes létales que les pays européens ne veulent pas dans leur politique d’aide.

Le matériel et le soutien dont il était question se limitait pour à des armes non létales. Mais il n’était pas question qu’on se contente de cela du côté malien où l’attente portait sur des armes qui permettront à l’armée malienne de combattre les djihadistes et autres forces du mal.

Autre question : celle de l’utilisation de cette aide.

Une source proche du dossier replaçait cette aide européenne dans un contexte de concurrence avec l’aide militaire russe et une possible arrivée du groupe paramilitaire Wagner au Mali. Les Européens ont gardé en tête l’exemple de l’aide militaire américaine en Centrafrique, où des véhicules offerts se sont retrouvés entre les mains des mercenaires de Wagner.

Un scandale a aussi montré comment un bataillon formé par l’UE en Centrafrique était désormais au service de Wagner. Bruxelles souhaitait donc que son aide ne soit pas détournée et se gardait le droit de l’annuler voire d’en réclamer le remboursement si à l’avenir, de tels faits se répétaient au Mali.

Finalement, le haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a annoncé, la suspension de l’aide budgétaire au Mali, sans pour autant suspendre les missions de formation et d’assistance aux forces maliennes. Borrell s’exprimait lors d’une conférence de presse, tenue à l’issue d’une réunion informelle des ministres de la Défense de l’Union européenne à Brest, ville portuaire située au nord-ouest de la France.

Il a indiqué que leurs missions de formation et de conseil aux forces armées et aux forces de sécurité intérieures maliennes vont continuer. Borrell avait tenu à préciser, en revanche, que l’aide au peuple malien va continuer. « On n’a pas suspendu l’aide au peuple malien à travers le Programme d’aide au développement. Mais l’aide budgétaire aux autorités maliennes n’a pas été déboursée à partir du moment qu’on a pris connaissance que les élections n’allaient pas avoir lieu », a-t-il souligné.

Borrell a affirmé, par ailleurs, que l’Union européenne continue de suivre de près la situation au Mali, affirmant que « le risque que la situation s’aggrave dans ce pays est évident ». « Nous allons suivre de près la situation et prendre les mesures adéquates », a-t-il poursuivi, expliquant que l’Union européenne sera « dans la même ligne que les mesures prises par les « les voisins africains de la Cedeao ».

La réunion informelle des ministres de la Défense de l’Union européenne, devrait être suivie d’une réunion (toujours informelle) des ministres des Affaires étrangères des 27, selon un communiqué rendu public, jeudi, par la diplomatie française. « Des échanges informels, ouverts et stratégiques sur les priorités de la politique extérieure de l’Union européenne », étaient ainsi prévus, « tant les perspectives de long terme que les principales crises internationales du moment y sont évoquées ».

Cette rencontre des ministres européens intervenait dans un contexte géostratégique particulier, marqué notamment par des tensions entre la Russie et l’Ukraine, mais aussi par une pénétration russe de plus en plus significative en Afrique, en l’occurrence au Mali. En fin de compte, les Européens ont suspendu leur coopération militaire avec le Mali qui a pourtant besoin d’argent.

Oumar KONATE

Source: La Preuve

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.