Mali: mort d’un militaire français lors d’un violent accrochage avec des djihadistes

Un sergent-chef du Commando Parachutiste de l’Air N°10 a perdu la vie au cours d’une opération des forces françaises contre un groupe armé terroriste au Nord du Mali, dans l’Adrar des Ifoghas. Un autre est grièvement blessé

soldats force serval position combat kidal nord mali

Un soldat français a tué ce mercredi au Mali. L’information que L’Express a révélée plus tôt dans la journée a été confirmée par l’Elysée. François Hollande exprime dans un communiqué son « profond respect pour le sacrifice de ce sous-officier des forces spéciales dans le cadre d’une mission particulièrement périlleuse qui a atteint ses objectifs ». Il s’agit du premier mort français de l’opération Barkhane qui a remplacé l’opération Serval.

Le soldat tué, Thomas Dupuy, natif de Toulouse et âgé de 32 ans, était un sous-officier de l’armée de l’air et appartenait au Commando parachutiste de l’air (CPA) n°10, basé à Orléans, a précisé le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. « Engagé dans les armées à l’âge de 23 ans, il avait notamment servi en Afghanistan en 2011, avant de rejoindre le théâtre sahélien en août dernier. Il était un spécialiste reconnu dans les domaines de l’appui aérien, des transmissions opérationnelles et du saut à ouverture très grande hauteur », selon un communiqué.

 

Une grosse opération anti-terroriste

Ce sergent-chef a perdu la vie dans un « violent accrochage » qui a opposé dans la nuit la force française Barkhane à un « important groupe armé terroriste de type Aqmi » dans la vallée de l’Ametetai, au nord du Mali. Selon nos informations, les djihadistes étaient lourdement armés avec, notamment, des mitrailleuses et des armes anti-chars.

Cet accrochage intervient dans le cadre d’une opération « de lutte anti-terroriste », lancée dans la nuit du 28 au 29 octobre dans le massif du Tigharghar. « Appuyée par des avions de chasse et des hélicoptères de combat, une opération héliportée a été conduite à proximité d’un repaire de terroristes. Des combats très violents ont rapidement opposé les soldats français à une trentaine de terroristes lourdement armés », précise l’armée.

Un autre soldat grièvement blessé

Selon nos informations, un autre soldat a été « grièvement blessé » dans les combats mais sa vie n’est pas en danger, selon le ministère de la Défense. Il a été pris en charge par l’antenne chirurgicale avancée de Tessalit. Un autre soldat a été légèrement blessé et n’a pas été évacué.

Les échanges de tirs ont commencé mercredi au petit matin et se poursuivent toujours à 21h30 mercredi soir. « A ce stade, une vingtaine de terroristes a été neutralisée », indique la Défense.
SOURCE / www.lexpress.fr

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.