Mali : le Bundestag divisé sur le retrait de l’Allemagne

Le Bundestag a débattu vendredi de la présence de l’armée allemande au Mali. Pouvoir et oppositions n’ont pas accordé leur violon sur le retrait du Mali.

Le nouveau débat au Bundestag sur la présence allemande au Mali a été proposé par le parti d’opposition conservateur, la CDU/CSU. Le chef de la majorité conservatrice, Jürgen Hardt, a rappelé que des difficultés subsistent avec la junte au Mali. Il a donc conclu qu’il ne pense pas que la présence allemande au Mali doive continuer.

La CDU/CSU a été soutenue dans sa demande de retrait du Mali par les autres partis d’opposition. La participation de l’Allemagne au sein de la Minusma et de l’EUTM est “un échec, a affirmé le député du parti d’extrême-droite AfD, Joachim Wundrak. Celui-ci a estimé qu’il y va de la vie des soldats allemands.

De son côté, le parti de Gauche Die Linke a insisté sur le développement en lieu et place de l’engagement militaire.

Soutien aux Maliens

L’armée allemande est présente au sein de la Minusma avec un millier de soldats depuis 2013.  En septembre dernier, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a menacé de retirer les soldats allemands si leur sécurité n’était pas assurée.


La ministre allemande des Affaires étrangères n’exclut pas un retrait allemand du Mali

Merle Spellerberg, députée du parti écologiste, le parti de la ministre Annalena Baerbock, a déclaré certes que “le mandat allemand au sein de la Minusma n’est pas une fin en soi”. Mais il n’est pas question de quitter le Mali pour l’instant, laisse entendre la parlementaire écologiste.

“Si nous quittons le Mali précipitamment et abandonnons nos partenaires, nous perdons alors d’une part l’estime de nos partenaires internationaux et d’autre part la confiance des populations au Mali”, pense Merle Spellerberg.

La députée ajoute : “Nous soutenons le Mali pour des questions de sécurité, de stabilité, la protection des droits humains, la protection des vies. Nous soutenons les Maliens”.

Merle Spellerberg a admis que le pouvoir malien est un “partenaire pour le moins inconfortable” mais elle estime qu’un retrait allemand serait pire car il laisserait un vide que comblerait la Russie.


Le Mali a posé des conditions avant le renouvellement intervenu à l’Onu du mandat de la Minusma

La majorité fait bloc

Le parti social-démocrate (SPD) du chancelier Olaf Scholz n’est pas non plus favorable à un retrait de l’armée allemande. Le député SPD Karamba Diaby a ainsi appelé à soutenir la transition au Mali.

Le parti libéral (FDP) a contredit l’état des lieux fait par la CDU/CSU. Il y a certes des problèmes avec le Mali tels que la rotation du personnel onusien, les questions de logistique… mais tout n’est pas si mauvais, a insisté le député FDF Alexander Graf Lambsdorff.

Ce débat aura-t-il un impact sur la présence allemande au Mali ? Pour l’instant les choses semblent établies jusqu’au printemps prochain. Il y a quelques mois, Berlin a en effet prolongé sa présence au sein de la Minusma. Le mandat des soldats allemands court jusqu’à mai 2023.

Source: DW

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.