Mali: la situation militaire reste préoccupante dans le nord malgré un début de retrait des groupes armés pro-gouvernementaux (SYNTHESE)

Le retrait de la Plateforme (groupes armés pro-Bamako) de la localité d’Anefis (prise des mains des ex-rebelles de la Coordination des Mouvements de l’Azawad le 17 août dernier) a commencé en début de semaine.

rebelles gatia mnla touareg bandis armee combattant azawad

“Le retrait a commencé (…) depuis le 18 août 2015, nous avons en permanence l’équivalent d’une centaine de soldats à Anefis. Ce qui permet de voir ce qui se passe et de rassurer la population”, a affirmé le général Hervé Gomart, chef d’état-major de la force de la MINUSMA (Mission des Nations unies au Mali).

Toutefois des troupes du GATIA (groupe pro-gouvernemental) sont encore présentes en ville. “Il reste des véhicules avec des armements lourds…”, a reconnu le général Gomart. “Dans quelques jours, on pourra dire si ce retrait est effectif ou non”, a-t-il ajouté.

Le contrôle de la localité d’Anefis (région de Kidal) après la signature de l’accord de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, avait provoqué une reprise des hostilités avec les ex-rebelles de la CMA, ainsi qu’un bras de fer avec les autorités maliennes et avec la médiation internationale qui exigeaient que la Plateforme se retire de la ville.

Selon des sources sécuritaires, la tension est loin d’avoir baissé même si les responsables militaires de la Minusma assurent que les “Casques bleus” mènent des patrouilles dans la ville ainsi que dans sa périphérie pour veiller à la sécurité des habitants.

Mais, la population n’a visiblement pas confiance à la Minusma et craint le retour de la CMA pour se venger des habitants qui s’étaient opposés au retrait de la Plateforme.

Ainsi observe-t-on de nombreux déplacements de populations fuyant la localité par peur d’être prises pour cibles par les ex-rebelles.

“Nous avons été victimes de la méthode de la CMA. On ne pouvait pas sortir. Les véhicules qui passaient ici payaient entre 20.000 à 50.000 FCFA. Maintenant nous voulons un minimum de garantie de la part des autorités”, a plaidé Baka Ould Moulaye du Mouvement des jeunes d’Anefis, cité par l’hebdomadaire Le Reporter.

Le syndrome de ces exactions persiste malgré la présence des troupes de la Minusma. Et la récente déclaration du chef de la mission onusienne au Mali, Mongi Hamdi, n’est pas de nature à le dissiper.

Dans une interview à un journal tunisien, il a accusé le GATIA d’entretenir des liens avec les trafiquants de drogue. Et d’après lui, la sécurisation des routes de la drogue était à l’origine de la reprise des hostilités à Anefis.

Mais, Mongi Hamdi n’est pas le seul à accuser le GATIA de connexion avec les réseaux de trafic de drogues dans la région de Kidal.

“En réalité la composante MAA du Gatia est réfractaire à tout retrait d’Anefis. Et pour cause, Anefis est une route de la drogue et son contrôle est indispensable voire vital pour ses éléments”, a expliqué à Xinhua un diplomate africain en poste à Bamako.

“La vérité est que les vrais chefs sont dans le désert et n’ont rien signé avec le Mali. D’où la complexité de la mise en œuvre de l’Accord de paix”, précise le diplomate.

Malgré le début du retrait de la Plateforme d’Anefis, les observateurs craignent la reprise des hostilités à tout moment.

“La situation sur le terrain ne cesse de se dégrader avec l’imminence d’un embrasement général”, avait déploré Almou Ag Mohamed, un porte-parole de la CMA, dans une déclaration sur les réseaux sociaux.

Et déjà, la CMA et la Plateforme ont rejeté la tenue des élections communales et régionales prévues pour le 25 octobre 2015 sur l’ensemble du territoire malien.

“On ne doit pas organiser des élections dans une zone occupée par les groupes armés”, a déclaré Fahd Ag Almahamoud, secrétaire général du Gatia.

“Nous avons dit à toutes les forces politiques maliennes que le temps des élections n’est pas encore arrivé”, a rappelé Moussa Ag Acharatouman, un porte-parole de la CMA.

Source: Agence de presse Xinhua
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *