Mali – Insécurité et tourisme au centre: Une entorse pour l’économie

Depuis 2007, le 2 juin commémore la journée mondiale du tourisme responsable. Cette journée permet aux entreprises de tourisme de présenter leurs activités annuelles et « d’associer les voyageurs au mouvement vers un tourisme plus respectueux de la planète et de ses habitants ». C’est aussi l’occasion de revenir sur le tourisme malien en perte de vitesse depuis 2011.

Seulement au centre du Mali, le tourisme a chuté du haut de sa majesté à cause de l’insécurité depuis bientôt 09 (neuf) ans. Pour la petite histoire, le  tourisme, qui a longtemps créé des débouchés pour des populations dans cette partie du pays, a été  le moteur de l’activité économique phare de la région. Mais face à l’insécurité grandissante au Mali et au Sahel, l’on est loin des temps florissants.

La zone pourtant connue pour son paysage rare, ses collines atypiques, la mosaïque unique de ses habitations en forme d’îlots a eu un écho mondial grâce au tourisme naturel qui fait sa particularité.

L’actualité au centre du Mali, notamment au « pays dogon », s’est éloignée de la beauté de ses paysages luxuriants pour mettre l’accent, sur les violences communautaires, des enlèvements, des attaques sporadiques. Pourtant, au centre du Mali, plusieurs sites sont classés patrimoines de l’Unesco au regard de leur particularité et de leur passé riche en histoire.

Mali Tourisme 

L’activité touristique au Mali a connu une « chute de 80% » de l’arrivée des touristes à cause de la crise sécuritaire, explique le directeur de l’Agence nationale de promotion du tourisme. A côté de la fermeture  de plusieurs institutions touristiques, les populations du centre qui tiraient pour la plus-part leurs revenus de ce secteur, ont perdu des emplois avec à la clé une succession de « licenciements ».

La vie socio-économique bouleversée

Cette crise sécuritaire a aussi conduit au « péril » sur le patrimoine culturel dogon, car les milliers de personnes qui vivaient de l’activité touristique à travers le secteur informel difficilement quantifiable, se sont retrouvées sans emploi. L’arrêt de la fréquentation touristique au pays Dogon a « désœuvrée» toute une population bouleversant les habitudes installées depuis des générations.  « Le pays Dogon faisant partie des grands bassins d’accueil du tourisme récepteur du Mali, la crise sécuritaire y, a entrainé une baisse de fréquentation des touristes, ce qui a conduit à la fermeture de plusieurs établissements touristiques. En termes de fréquentation, on avait plus de 77 000 touristes qui visitaient le pays Dogon en 2007 et 2008»  explique Sidy Keita, Directeur de l’Agence nationale de promotion touristique, Mali Tourisme.

Dans la région du centre, l’activité touristique dans le pays dogon est liée au pôle touristique de Mopti. En 2007 et 2008, avant les premiers enlèvements des touristes occidentaux en 2011, le Mali vivait l’âge d’or du tourisme. Pendant cette  période, les nuitées hôtelières étaient estimées à  « à plus de cent milles ». Les statistiques de 2019 révèlent qu’elles ont fait une chute libre pour s’établir à moins de 5000 dans la région. Une faible fréquentation encore expliquée en 2020 par l’insécurité liée aux conflits communautaires et au terrorisme, qui ont tué plus de 580 personnes de janvier à juin, selon l’Organisation des Nations Unies.

Idelette BISSUU

Source: journaldumali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.