Mali: deux membres de l’ambassade de France interpellés puis relâchés

Deux membres de l’ambassade de France au Mali ont été interpellés jeudi à Bamako et libérés vendredi, a appris l’AFP de sources diplomatiques, dans un contexte de dégradation continue des relations entre Paris et Bamako.

Les deux membres de l’ambassade, de nationalité française, ont été interpellés jeudi en milieu de journée en centre-ville tandis qu’ils prenaient des photos d’un terrain de football devant servir de point de rassemblement pour les ressortissants français en cas d’évacuation forcée, selon un diplomate français à Bamako.

Ils ont été “libérés vendredi matin après des échanges fructueux entre les deux parties”, a précisé cette source française.

“Deux agents de l’ambassade ont été brièvement retenus par les autorités maliennes. Ils ont été libérés après des échanges entre l’ambassade avec les autorités maliennes. Nous n’avons pas d’autre commentaire à faire”, a aussi déclaré le Quai d’Orsay à Paris.

Une source diplomatique malienne a confirmé l’information. “Pour des raisons de sécurité, deux ressortissants français arrêtés et soupçonnés dans un premier temps d’espionnage ont été libérés. Les vérifications nécessaires ont été faites”, a-t-elle déclaré.

L’information a commencé à circuler dans la nuit de jeudi à vendredi sur les réseaux sociaux, où plusieurs pages réputées proches des autorités de transition ont publié que “deux espions français” avaient été arrêtés.

Les relations entre le Mali et ses partenaires sous-régionaux et occidentaux se sont progressivement dégradées depuis le putsch de 2020 qui a placé une junte militaire au pouvoir.

Bamako s’est détourné de la France avec acrimonie et a vigoureusement réactivé ses liens historiques avec Moscou pour tenter d’endiguer la propagation jihadiste qui ravage le pays.

Les Français viennent d’achever leur retrait militaire progressif du Mali après neuf ans d’engagement dans ce pays.

Cette brève interpellation intervient également dans un contexte diplomatique tendu entre Bamako et Abidjan sur le sort de 46 soldats ivoiriens détenus depuis plus de deux mois au Mali.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.