Mali : Des organisations de la société civile « perplexes » par rapport aux pourparlers d’Alger

L’initiative du dialogue entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du Mali a suscité beaucoup d’espoir au sein des populations qui aspirent à une paix définitive. Cependant, les pourparlers, dans leurs mises en œuvre, souffrent aujourd’hui de certaines contestations.

 

 

societe civile manifestation negociation  pourparlers

 

 

C’est le cas du Collectif des Organisations de la Société Civile. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, ces représentants des populations de base affirment constater que « les maliens demeurent perplexes quant à une issue favorable de sortie de Crise. »

La raison principale de cette inquiétude tient dans la qualité des participants aux négociations d’Alger. En effet, plusieurs organisations de la société civile malienne s’estiment exclues du processus de paix enclenché au profit des groupes armés.

Un son de cloche qui résonne jusque chez les réfugiés maliens dans les pays voisins. L’OSCA, une organisation qui les représente dit s’inquiéter de « la démarche partielle dans le choix des interlocuteurs invités à Alger dans le cadre de la reprise des pourparlers dit « inclusifs » sur l’avenir du Nord-Mali. »

Sans l’inclusion des communautés, l’OSCA prévient sur le risque de voir l’éclosion future de nouvelles rébellions :

« La floraison des groupes armés est un indicateur du sentiment de non représentation des différentes tendances, couches sociales, tribales et groupes communautaires du Nord-Mali. L’exclusion de certains est une source de frustration inquiétante pour l’avenir du Mali. »

Les inquiétudes de la société civile : Un accord mais sans la paix

La situation sécuritaire « ne favorise pas, selon le Collectif des Organisations de la Société Civile,  le climat de réconciliation tant attendue ». L’absence de l’administration dans certaines localités contrôlées les groupes de rebelles, le faible accès des populations aux services sociaux de base, les violations des Droits des populations…maintiennent « les populations dans une position de désœuvrement et d’incertitude ».

Des populations qui « nourrissent cependant l’Espoir, selon l’organisation, de voir le processus d’Alger déboucher sur une Paix Définitive dans l’intérêt des maliens et de tous les maliens. »

Enfin, pour contribuer à cette paix, le Collectif des Organisations de la Société Civile lance un appel à l’adresse des autorités maliennes et de la communauté internationale pour « être entendu ».

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.