Lieutenant Mohamed Ouattara porté disparu, depuis le 05 juin 2014

mohamed ouattara lieutenant armee terre beret rouge tentative coup etat putsch

Porté disparu depuis le 05 juin dernier, pour des raisons de soupçon de tentatives de déstabilisation des institutions, le lieutenant Mohamed Ouattara, dont il s’agit n’a ni été vu par ses proches ni faire de signe vie. Une  situation qui met ses proches et sa famille dans l’inquiétude totale. C’est du moins ce que déplorent les membres de sa famille et les associations de Défenses des droits humains face à cette situation.

En effet, le lieutenant Mohamed Ouattara, puisqu’il s’agit de lui a disparu le 05 juin après avoir reçu un coup de fil anonyme lui fixant un rendez-vous quelques part dans la capitale. Après s’y être rendu,  plus de nouvelle de lui. Voilà plus d’un mois que les parents du jeune militaire sont en train de remuer ciel et terre afin d’avoir des nouvelles de leur fils et frère. Mais rien n’y fut. Les autorités font  bouches cousues, prétendant n’avoir aucune nouvelle de lui. Pourtant des informations faisant état de sa détention par les services de la sécurité d’état ont été relayées par les médias et ont conduit les membres de sa famille et les associations de droits de l’homme à interpeller le ministère de la Justice,  vu le caractère illégal de cette détention du jeune militaire par  la SE. Le ministre de la justice et des droits de l’homme les a mis en contact avec le chargé aux questions de droits de l’homme de son département, M. Modibo Poudiougou. Ce dernier ne pouvant pas contester le caractère illégal de la détention a promis de tout faire pour que la lumière soit faite sur ce cas et que cesse cette violation flagrante des droits de l’homme dans un pays qui se réclame démocratique et où il y a tout un département dédié aux droits de l’homme. Malgré les grandes promesses de M. Podiougou, le vendredi dernier, quand nous avons rencontré le frère du porté disparu, celui-ci affirme, sans ambages, que son frère est détenu par la SE, et la situation n’avait pas évolué d’un iota. Selon lui, dans un état de droit, la garde à vue est de 3 jours et si les soupçons qui pèsent contre son frère sont fondés, qu’il soit mis à la disposition de la justice, comme la loi l’indique, mais que sa famille sache qu’est-il advenu de lui, a-t-il déploré. Toujours à entendre M. Ouattara, des informations qu’ils ont reçues font état des tortures que son frère est en train de subir, des sévices corporels qui vont à l’encontre de tous les principes de la démocratie et des droits de l’homme. Selon lui, ces actes signent le retour du Mali dans un système de dictature qui ne dit pas son nom. Avec tous les membres de sa famille, il réclame que son frère, le lieutenant Mohamed Ouattara, soit relaxé ou mis à la disposition de la justice comme la loi l’indique. Les associations de droits de l’homme sont dans la même logique afin de faire respecter les droits de tous les maliens,  car selon certains responsables de ces organisations, un grand doute plane sur la volonté des plus hautes autorités maliennes à faire respecter les droits des populations, car ceci est la manifestation d’un système hérité des anciens colons où la raison d’état permettait de piétiner tous les principes fondamentaux des droits de l’homme. Ils entendent d’ailleurs saisir à nouveau le ministre de la justice et des droits de l’homme si la situation ne changeait pas. A suivre…

Hamidou Ngatté

 

SOURCE: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.