LES FAMAS TOMBENT DANS UNE EMBUSCADE PRÈS DE NIONO : L’ARMÉE DE L’AIR À LA RECHERCHE DE 8 VEHICULES DE PATROUILLE   ET LES MILITAIRES À BORD

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme les Famas investissent l’ensemble du territoire national. Dans ce cadre, il leur arrive le plus souvent de tomber dans une embuscade comme ce fut le cas le 14 juin dans la localité de Bouka Werè, située à 18 km au Sud-est de Diabaly vers 15 heures.  Le bilan provisoire a fait ‘’24 personnels FAMa tués, 8 rescapés, destruction de 4 véhicules ‘’.

Dans une information issue de source militaire il ressort que l’effectif de l’équipe de patrouille des FAMAS au départ de mission était de 64 éléments dont deux lieutenants. Aussi, il ressort des informations qu’à l’issue de l’accrochage, quatre (04) véhicules sur les 12 à bord   desquels, il y avait vingt 20) éléments, ‘’ont pu s’extraire de la zone de combat avant d’abandonner en cours de route un (01) véhicule embourbé après avoir récupéré l’arme collective qui y était montée’’.  Toujours selon nos sources, ces éléments ont pu joindre une position des FAMAS à Goma-Coura.

’Par contre, quarante-quatre (44) éléments dont les deux (02) lieutenants, à bord de huit (08) véhicules, restent toujours introuvables malgré les missions de renfort dépêchées sur le terrain’’, indiquent nos sources.

Des assaillants dont le nombre était estimé selon nos sources à plus de 100 éléments détenaient des armes lourdes. Il faut noter que ces derniers mois, on aura dénombré beaucoup de morts (civils et militaires) en quelques jours. Malgré la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation par les parties, les attaques, embuscades et enlèvements se multiplient au quotidien dans le septentrion et dans le centre du pays. Et la population civile paye le plus lourd tribut. Ces violences n’épargnent ni enfants, ni femmes. Du coup, la peur s’installe dans les cœurs et les esprits. Les populations ne savent plus à quel saint se vouer et la tâche semble très difficile pour les Forces Armées de Défense et de Sécurité du Mali (les FAMAS) qui ont du mal à faire la différence entre terroristes et rebelles. Par ailleurs depuis 2012, le Mali traverse une crise sans précédent de son histoire. Malgré les multiples efforts des plus hautes autorités du pays, de la Communauté Internationale pour réinstaurer cette paix au nord et au centre, les ennemies de la paix font parler d’eux de jour comme de nuit.

Mahamane TOURÉ

Source: Nouvel Horizon Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *