Le tombeur est un prêcheur local

S’il est difficile d’avoir des chiffres précis, il n’y a pas de doute qu’à Konna, s’est joué hier un nouvel acte de la  tragédie malienne.  A quoi la doit-on ? Nos soldats se sont battus comme ils peuvent » s’accorde t-on à dire dans Konna. Et pour des sources, la ligne de front a bougé un peu plus vers le Sud à cause de la stratégie des salafistes qui se seraient laissés poursuivre par l’armée avant que celle-ci soit interceptée par d’autres combattants islamistes plus aguerris et plus frais » Ceux qui au bord de plusieurs véhicules ont quitté Douentza au cri d’Allah Akbar, comme l’affirment plusieurs sources dans cette ville ? Hama, boutiquier à la sortie de Douentza sera même plus précis « j’ai compté dix sept Toyota, de mes propres yeux ».

mouvement national libération azawad mnla meeting stade municipal kidal boycotter élection législative tombouctou gao

Il y a aussi, avertit un sécuritaire, que les salafistes ne reculent pas devant la mort. On peut les tuer comme des mouches mais ceux qui sont derrière continueront d’avancer ». « Nous ne pouvions pas croire en leur victoire ( celle des Salafistes, Ndrl) car nous pensions que notre armée avait le dessus ». Il est vrai que la veille et aux premières heures du combat jeudi les nouvelles étaient plutôt bonnes, côté malien. Quoiqu’il soit arrivé, la bataille du 10 janvier 2013, a tourné en faveur des jihadistes.  Assaillis par les habitants de la localité incrédules, ceux-ci scandaient le traditionnel « Allah Akbar » à l’ombre d’une dizaine de véhicules tout terrain stationnés au carrefour de Sevaré à moins de 70km au Sud. C’est après la prière du Asr vers 16h, que le chef de l’expédition fera le tour de Konna. Une ville qu’il connaît sans doute, car ce chef n’est autre  qu’Amadou Koufa, le prêcheur enflammé qui s’est illustré par sa croisade contre le projet de code de la famille querellé par le Haut Conseil en 2010. Il résidait à Sévaré jusqu’au moment où il a rallié le Mujao voici quelques mois.  Originaire de Koufa, dans le Guimbala -périphérie de la zone lacustre du Mali- l’homme est un redoutable jihadiste dont le petit peuple à Mopti- Sévaré s’arrachait les enregistrements. De sources multiples, il se dit que l’armée sortie de Sévaré est allée à la rencontre des islamistes qui voudraient eux faire la koutba de ce matin dans les différentes mosquées de la capitale régionale. Comme à Tombouctou, le 2 avril dernier. S’ils gagnaient leur pari, Amadou Koufa serait alors l’émir de la Zone 10 ?

Adam Thiam

 

SourceLerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *