Le Processus de paix au Mali monopolise la une des quotidiens

 

mouvement bandits armé rebelle touareg azawad negociation dialogue mnla hcua maa

Les membres du comité de suivi de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali ont été conviés lundi à Alger pour une réunion consultative de haut niveau afin d’évaluer ce processus. Pour le directeur Afrique et océan Indien du ministère français des Affaires étrangères, Jean-Christophe Belliard, également cité par l’APS, “beaucoup d’avancées ont été réalisées dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, à l’instar des patrouilles conjointes et les mesures sécuritaires dans le nord du pays”. Le texte a fait état d’une “préoccupation” face à “la persistance des attaques terroristes et criminelles visant les forces de défense et de sécurité maliennes, les mouvements signataires de l’accord, les forces internationales et la population civile”. Cela est important pour la relance de l’action de mobilisation et de l’effort collectif de la communauté internationale en soutien au Mali. Pour sa part, la partie algérienne a, de nouveau, rendu hommage au président malien Ibrahim Boubacar Keita “pour sa perspicacité et son engagement continu en faveur du processus de paix au profit du Mali mais aussi des pays de la sous-région”. A la fin des travaux, les participants ont, dans une déclaration, salué le rapprochement intra et intercommunautaire intervenu entre les mouvements de la Plateforme et de la CMA suite aux rencontres d’Anefis de septembre-octobre 2015. Les participants encouragent les deux parties à poursuivre cet effort de rapprochement, à l’intensifier et à l’inscrire pleinement dans l’optique de la réconciliation nationale entre tous les fils du Mali. La CMA a présenté un document comportant un rapport d’évaluation sanctionnant les six mois de travail depuis la signature de l’accord, ses revendications et sa vision des moyens d’aplanir les difficultés qui entravent la mise en œuvre de l’accord. Rappellent la responsabilité qu’a le gouvernement malien dans la mise en œuvre de l’Accord ainsi que le rôle crucial devant être assumé également par les deux autres parties signataires en la matière dans un esprit de co-responsabilité et de partenariat effectif pour la paix et la réconciliation. Exhortent les parties prenantes à parachever au plus vite les consultations engagées sur la composition définitive des instances de suivi de l’Accord dans l’esprit d’inclusivité préconisé dans l’Accord. Le ministre s’est, aussi, appesanti sur les blocages du comité de suivi de l’accord à savoir: le problème de représentativité et le manque de budget. Par ailleurs, les participants ont pointé du doigt “les lenteurs constatées dans la mise en œuvre d’engagements-clés de l’accord”. Elles se sont félicitées de l’initiative de la convocation de la réunion consultative de haut niveau des membres du Comité de suivi de l’Accord à Alger en formulant l’espoir que cette réunion puisse “impulser la mise en œuvre de l’Accord de manière à répondre rapidement aux attentes des populations”. Et même si le Comité de suivi de l’accord, présidé par l’Algérie, s’est félicité des ” progrès enregistrés dans la mise en œuvre de l’Accord depuis le parachèvement du processus de sa signature, il a appelé à l’accélération du rythme de la concrétisation des actions prioritaires retenues par le Comité de suivi lors de sa sixième session.

Source : gabonactualites

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *