Le Premier ministre dans la Région de Taoudéni : L’espoir renaît

Le chef du gouvernement promet d’accélérer l’opérationnalisation de la région avec
l’installation des services sociaux de base et des structures techniques. Des préalables au développement et à la satisfaction des préoccupations des populations

C’est à Taoudéni, la 9è région administrative du pays que le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, a bouclé vendredi dernier sa visite de cinq jours dans les régions du Nord. Les populations du chef-lieu de la région résidant en ce moment à Tombouctou ont réservé un accueil chaleureux à l’hôte du jour et à sa délégation composée de plusieurs membres du gouvernement et de nombreuses autres personnalités. Comme dans les autres localités, Dr Boubou Cissé a tout d’abord rendu une visite de courtoisie aux notabilités de la région. Sous la tente qui a abrité la rencontre, le saint Coran a été d’abord lu pour bénir la cérémonie et des vœux ont ensuite été formulés afin que le Mali recouvre la paix et la cohésion sociale.
Dans son discours de bienvenue, le président du Collège transitoire de Taoudéni, Tahar Ould Elhaj, a remercié le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta et le gouvernement pour la marque d’attention qu’ils accordent à la Région de Taoudéni et au bien-être de sa population en soutenant les actions de développement.
Au chapitre des préoccupations, le président du Collège transitoire a demandé l’installation du réseau téléphonique de la région, l’électrification solaire pour tous les cercles, la délocalisation de la Région de Taoudéni. Il a remercié l’État à travers l’ANICT (Agence nationale d’investissement des collectivités territoriales) pour son appui d’un montant d’un milliard de Fcfa. Ce financement a été investi dans les services sociaux de base. Enfin, il a souhaité, au nom des populations, l’application stricte de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger.
Tour à tour, les représentants de la société civile, des femmes, des jeunes, le président de la commission d’appui à la réconciliation de Taoudéni se sont succédé au pupitre pour relater les progrès réalisés dans la région et cela dans tous les domaines. Ils ont souligné les mêmes difficultés évoquées par le président du Collège transitoire.

CONTEXTE D’INSÉCURITÉ- Pour sa part, le gouverneur de Taoudéni, le général Mohamed Abdrahamane Ould Meydou, a fait l’état des lieux de la Région, de sa création le 2 mars  2010 à nos jours. Il a rappelé que l’opérationnalisation de la Région a démarré en 2016 dans un contexte d’insécurité qui sévit  encore, impactant sérieusement le développement. Comme réalisations, il citera la constriction de trois grands forages positifs.
Le gouverneur a remercié l’État pour tous les efforts déployés, la Minusma pour ses multiples actions, notamment la réalisation de points d’eau, le transport aérien des missions, les initiatives s’inscrivant dans le cadre de la paix, la cohésion sociale et la réconciliation nationale.
En terminant, le gouverneur de Taoudéni a soumis certaines préoccupations de ses administrés au chef du gouvernement : la poursuite du redéploiement de l’administration et des services techniques, la consolidation de l’opérationnalisation de la Région en la dotant de ressources humaines, de moyens matériels et financiers, la création d’une région militaire, d’un stock de sécurité alimentaire et d’aliment bétail pour la période de soudure figurent aussi au nombre des doléances.
Le général Ould Meydou a réitéré le vœu des populations de voir se dérouler les législatives de mars 2020 dans les cercles de la Région.
En réponse, le Premier ministre a indiqué que le président de la République a instruit le gouvernement d’aller en direction de tous les Maliens où qu’ils se trouvent pour s’enquérir de leurs préoccupations afin d’y trouver des solutions. Il a remercié les populations de Taoudéni pour tout ce qu’elles ont fait pour que l’État soit et demeure. «Nous sommes conscients que la Région présente beaucoup de défis qui deviennent des urgences et des priorités pour le gouvernement. Nous sommes en train de faire en sorte qu’en plus du budget d’État, nos partenaires qui nous accompagnent, puissent aider et compléter les fonds alloués à la Région pour un mieux-être des populations», a expliqué Dr Boubou Cissé.
Sur les sujets se rapportant aux services sociaux de base, à la sécurité alimentaire, le chef du gouvernement dira que le Mali est en train de négocier avec l’Agence française de développement (AFD) pour voir comment elle peut étendre sa couverture à Taoudéni, en prenant en compte les doléances exprimées dans les domaines précités et apporter des solutions à beaucoup de défis posés.

DES FORAGES- «Nous allons continuer à chercher avec d’autres partenaires les moyens pour satisfaire et donner des réponses aux problèmes de développement qui ont été soulevés», a assuré le Premier ministre. Il ajoutera que Taoudéni n’est pas seulement que défis et difficultés ; la Région a aussi beaucoup d’opportunités, notamment son sous-sol regorge du gaz, du pétrole et du sel gemme.  À ce propos, le chef du gouvernement a invité les populations à travailler à cela afin qu’on puisse savoir si leur extraction est bénéfique ou pas. Aussi, a-t-il regretté que les travaux de prospection du pétrole et du gaz aient été interrompus par la crise de 2012.
À propos de la sécurité, Dr Boubou Cissé a soutenu que le gouvernement reste réceptif et appuiera les initiatives tendant à ramener la paix et la cohésion sociale. Il a, dans ce domaine, salué les efforts de la commission de bons offices  pour les régions de Tombouctou et Taoudéni. Cette structure, de l’avis du chef du gouvernement, a abattu un travail remarquable par rapport à la sécurisation des routes, toute chose qui facilite aujourd’hui la libre circulation des personnes et leurs biens en tandem avec les FAMa. Au sujet de la demande de création de la région militaire, le Premier a fait remarquer qu’il ne saurait donner une réponse immédiate, promettant que les spécialistes travailleront sur la question une fois à Bamako.
Concernant les élections, il dira que la volonté politique est d’organiser les législatives partout sur le territoire national. À ses dires, les cas de Taoudéni et de Ménaka sont en train d’être étudiés par les experts. Même s’il reconnaît qu’il y a des contraintes techniques à ce niveau. «Rassurez-vous, même si les élections n’ont pas lieu le 29 mars, elles  se tiendront dès que possible en partielles là où elles n’ont pu être organisées», a promis le chef du gouvernement.
Sur la question des forages, l’hôte de marque a rappelé que des efforts sont faits pour leur réalisation, notamment à Arawane et Achouratt. Selon lui, courant cette année, le gouvernement prendra des dispositions pour faire des forages dans les autres cercles de la région. C’est après ces échanges dans la convivialité et la franchise que la délégation s’est rendue à la Grande mosquée pour la prière du vendredi pendant laquelle des bénédictions ont été faites pour notre pays. Le déjeuner de corps avec  les militaires a mis fin au séjour du chef du gouvernement dans les Régions de Tombouctou et Taoudéni.

Moulaye SAYAH
Amap-Tombouctou

Source: Journal l’Essor-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.