Le Général Marc Foucaud, Commandant de la force Serval : « Ce sont les forces armées maliennes qui ont été prises à partie »

Alors que le Mnla s’ingénie à accuser l’armée malienne d’avoir exécuté trois civils à Gao, un démenti plus que cinglant vient d’être apporté par le Général Marc Foucaud, Commandant de la force Serval. C’était à l’occasion de la cérémonie d’inauguration d’un nouveau camp de l’armée française à l’aéroport de Bamako-Sénou, baptisé Damien Boiteux, le premier militaire français tué au Mali en janvier dans le cadre de l’opération Serval.

général Marc Foucaud commandant force française Mali

Avant-hier lundi11 novembre 2013, l’armée française au Mali a inauguré son premier camp militaire au Mali. A l’occasion de cette cérémonie, le commandant de l’opération Serval, le Général Marc Foucaud, est revenu sur l’accrochage entre les soldats de l’armée malienne et des combattants du Mnla, le samedi 9 novembre à Egazargane, près de Ménaka. Cet accrochage avait fait un bilan de trois (3) combattants rebelles tués, quatre (4) autres blessés et des véhicules saisis.

Dans un communiqué, le Mnla a accusé l’armée malienne d’avoir “procédé à l’arrestation, la séquestration, puis l’exécution de plusieurs civils dans la zone de Ménaka”. Le groupe armé a ajouté que l’accrochage a concerné six individus, dont trois ont été  arrêtés et “exécutés” par l’armée, et trois autres “torturés et grièvement blessés”. Par ailleurs les rebelles du Mnla accusent l’armée malienne d’avoir attaqué la première, ce que l’armée malienne dément, accusant les combattants du Mnla d’avoir d’abord ouvert le feu. L’armée malienne a déclaré qu’“une patrouille de l’armée malienne a été accrochée par le Mnla”.

 

Les casques bleus de la Minusma et les militaires français de la force Serval étaient sur place. Mais ils assurent qu’ils étaient dans le village à ce moment précis et non à la sortie, là où l’accrochage a débuté d’où une réserve dans un premier temps.

Lors de la cérémonie d’inauguration, le Général Marc Foucaud a indiqué qu’il n’y a pas de preuves d’exactions commises lors d’un accrochage la semaine dernière dans le secteur de Ménaka entre soldats maliens et hommes armés, contrairement à des déclarations des rebelles touareg.

 

« Nous sommes actuellement en train de faire une enquête, mais d’après les premiers éléments, il n’y a pas lieu de parler d’exécutions », a déclaré le général Marc Foucaud, Commandant de la force Serval. « Je pense très clairement que ce sont les forces armées maliennes qui ont été prises à partie », a ajouté le Général Foucaud, sans se prononcer sur l’identité des assaillants.

Baba SANGARÉ

SOURCE: Nouvel Horizon
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *