Le général Gamou reçu par le conseiller militaire de l’ambassade de France, le MNLA au bord du désespoir

Touareg pur sucre, originaire de Kidal et appartenant à la tribu des « Imghad », le général Elhadj Gamou aurait été reçu, récemment, par le conseiller militaire de l’ambassade de France à Bamako. Du moins, si l’on en croit une source, généralement, bien informée, voire très bien informée.

general el hadji ag gamou touareg

Au menu des entretiens, la situation qui prévaut dans le nord du Mali ; mais surtout, les exactions dont sa tribu, celle des « Imghag », fait l’objet de la part du MNLA. Exactions qui ont motivé la création du groupe d’auto-défense appelé GTIA.

Selon nos informations, cet entretien aurait permis à la France de mesurer l’impopularité du MNLA dans les régions du Nord. Mais aussi, d’édifier les autorités françaises sur les réalités sociologiques du septentrion malien.

« Si vous vous laissez abuser par ces bandits du MNLA, qui ne représentent qu’eux-mêmes, en les soutenant dans leurs revendications d’autonomie ou de fédéralisme, vous serez tôt ou tard responsables des conséquences qui en découleront. Car, aucun Malien, qu’il soit du nord ou du sud, ne l’acceptera. Les Maliens préfèrent mourir que de l’accepter », aurait confié le général Gamou au conseiller militaire de l’ambassade de France à Bamako.

A en croire notre source, généralement dans le secret des dieux, ce dernier aurait promis de transmettre ces informations à qui de droit.

Comme il fallait s’y attendre, le MNLA n’aurait pas apprécié cette rencontre entre celui qu’il considère comme son « ennemi juré » et le conseiller militaire de l’ambassade de France à Bamako. Rencontre qu’il a interprétée comme une trahison de la France.

Sur le terrain, le MNLA est, de plus en plus, marginalisé. Et ses capacités militaires ne sont plus celles d’avant. La preuve : ses combattants ont été chassés d’Intilit, par ceux du GTIA, lors des combats qui les ont opposés la semaine dernière.

Si ces informations s’avèrent fondées, elles expliquent, du moins en partie,  le désespoir actuel du MNLA. Lequel s’est traduit par des violations répétées du cessez-le feu ; mais surtout, sa volonté de multiplier les embuches sur le chemin censé mener à la paix.

Une certitude quasi- absolue : les Maliens, toutes communautés confondues,  se réjouissent de voir, enfin, la France faire le bon choix, celui d’un Mali uni et prospère. Et l’entretien,  que le général Gamou aurait  eu avec le conseiller militaire de l’ambassade de France, semble s’inscrire dans cette optique. Comme en témoignent les patrouilles, menées conjointement, par l’armée malienne, Barkhane et la Minusma, dans le nord.

Oumar Babi

SOURCE: Canard Déchainé  du   22 oct 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.