Le dernier soldat français a quitté le Mali : honneur à nos morts et blessés !

C’était le 2 février 2013, autant dire il y a une éternité. François Hollande, président de la République, sans doute enivré par l’euphorie de l’accueil qui lui avait été réservé à Bamako, dans la plus pure tradition de la défunte et très décriée Françafrique, déclarait : « Je veux ici vous dire que je viens sans doute de vivre la journée la plus important de ma vie politique. Parce que, à un moment, une décision doit être prise. Elle est grave. Elle engage la vie d’hommes et de femmes. Cette décision, je l’ai prise au nom de la France. Cette décision, elle honore la France ».

Trois semaines avant, le 11 janvier, alors que les Français sortaient à peine des fêtes du nouvel an, François Hollande, à l’issue d’un conseil de défense, donnait l’ordre en fin de matinée à nos armées d’engager le combat, en appui des forces maliennes, contre les djihadistes. Une intervention qui trouvait sa légitimité dans la demande d’assistance du gouvernement malien de l’époque. Le jour même, à 16h00, nos premiers hélicoptères d’attaque interviennent contre les colonnes djihadistes à hauteur de la ville de Konna, quelques 700 kilomètres au nord de Bamako. C’est là que meurt au combat notre premier soldat français, le lieutenant Damien Boiteux, pilote d’hélicoptères.

Ce dimanche 15 août 2022, le dernier soldat français quittait le Mali. Dans la grande indifférence d’une France en grandes vacances. Un retrait qu’un communiqué de la présidence de la République justifie ainsi : « Le 17 février dernier, constatant que les conditions politiques et opérationnelles n’étaient plus réunies pour rester engagée au Mali, la France a décidé, en concertation avec ses partenaires africains et européens, de réarticuler le dispositif de l’opération Barkhane en dehors du territoire malien ». Il est bien évidemment normal de saluer, comme l’a fait dans ce même communiqué le chef de l’État, la « réussite de cette manœuvre opérationnelle et logistique de retrait du Mali que nos armées ont conduite selon le calendrier annoncé, sans cesser leur combat contre les groupes terroristes ». Les situations ne sont pas comparables, mais tout de même, comment ne pas penser au retrait plus que chaotique, il y a tout juste un an, des forces américaines d’Afghanistan !

Comment ne pas penser aussi aux 59 militaires français qui ont laissé leur vie au cours de cette guerre de plus de neuf années dans la bande sahélo-saharienne contre les djihadistes. Comment ne pas évoquer les nombreux blessés, frappés dans leur pleine jeunesse, physiquement, psychologiquement, qui devront porter leur souffrance toute leur vie. Comment ne pas penser aux familles qui doivent continuer à vivre, malgré tout, et qui, elles, ne font pas de bruit.

Comment, enfin, ne pas penser à la France ? Une France qui ne cesse de perdre de son influence en Afrique. On peut, invoquer les « conditions politiques » au Mali, saluer la réussite de la manœuvre logistique, la réalité n’en est pas moins là, cruelle : la France se redéploie, en clair, elle recule. Et elle n’a pas été capable d’influer pour que ces « conditions politiques » lui soient favorables. Le 2 février 2013, François Hollande vécut peut-être la journée la plus importante de sa carrière politique. En ce 15 août 2022, Emmanuel Macron ne peut sans doute pas en dire autant.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.