Le chef d’Al-Qaïda en Afrique du Nord tué: quelle suite pour la région?

Le chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a été tué cette semaine par les forces françaises au Mali.

Bien qu’Abdelmalek Droukdel ait un profil public bas, il était l’un des chefs de guerre islamistes les plus puissants de la région et sa mort est susceptible d’avoir un impact sur les groupes djihadistes là-bas.

Voici un tour d’horizon des vues sur l’incident de jeudi et comment cela pourrait avoir sur la région volatile.

– Comment a-t-il été tué? –

Droukdel et d’autres dirigeants d’AQMI se sont rencontrés dans une vallée fluviale au nord du Mali à la fin du 3 juin, selon une source locale.

La vallée désertique isolée, à une vingtaine de kilomètres de la frontière algérienne, est souvent utilisée comme abreuvoir pour les animaux.

Les forces françaises se sont déplacées rapidement, d’abord avec une frappe aérienne qui a touché un véhicule, puis avec une demi-douzaine d’hélicoptères et de troupes au sol.

Droukdel a été tué dans les combats avec le propagandiste d’AQMI Toufik Chaib.

Un djihadiste s’est rendu et a été arrêté, a déclaré le colonel français Frédéric Barbry.

La zone de non-droit où le raid a eu lieu est un carrefour pour les camionneurs, qui sont parfois obligés d’attendre des semaines avant d’être autorisés à traverser la frontière.

La région est également un “point chaud pour la traite des migrants”, a expliqué à l’AFP un expert des Nations Unies au Mali.

– Comment sa mort affectera-t-elle les groupes djihadistes? –

La région semi-désertique du Sahel est en proie à des djihadistes depuis que des militants ont pris le contrôle du nord du Mali en 2012.

Le conflit s’est depuis étendu au centre du pays, ainsi qu’au Burkina Faso et au Niger voisins. Des milliers de soldats et de civils ont été tués à ce jour.

Le meurtre pourrait perturber les djihadistes mais cela ne résoudra pas le conflit, selon Denis Tull, expert en Afrique de l’Ouest à l’Institut de recherche stratégique du gouvernement français.

“C’est très bien de neutraliser certains dirigeants”, a-t-il dit, “mais nous avons vu dans d’autres domaines que décapiter des dirigeants n’est jamais suffisant.”

Droukdel n’était pas le seul djihadiste puissant de la région.

Les dirigeants d’une alliance jihadiste liée à Al-Qaïda, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), sont toujours en liberté.

Parmi eux se trouvent les deux djihadistes les plus notoires du Mali – au nord, le vétéran militant touareg Iyad Ag Ghaly, dans les régions centrales, le prédicateur radical peul Amadou Koufa.

Le GSIM a revendiqué la responsabilité de nombreuses attaques contre des soldats maliens depuis 2017.

Le soi-disant groupe État islamique a également une franchise dans la région créée en 2015 par Abou Walid Al-Sahraoui, un ancien membre d’AQMI.

Les groupes dirigés par Koufa et Al-Sahraoui ont été très actifs récemment, selon Ibrahim Maiga de l’Institut d’études de sécurité (ISS).

“La position des insurgés sera maintenue par ces groupes, même si la mort de Droukdel leur montre que personne n’est en sécurité”, a-t-il dit.

– La région pourrait-elle devenir plus stable? –

L’élimination de Droukdel ne résoudra pas les problèmes plus vastes de la région, a déclaré un expert français de la lutte contre le terrorisme qui a demandé l’anonymat.

Selon les experts, diverses difficultés contribuent à l’instabilité et à l’insécurité de la région.

La violence est le principal problème – une trentaine de villageois ont été tués vendredi dans le centre du Mali.

Mais les gouvernements nationaux sont également en proie à des problèmes politiques. Vendredi, des dizaines de milliers de manifestants antigouvernementaux sont descendus dans les rues de Bamako, la capitale du Mali.

Les plaintes de mauvaise gestion gouvernementale et de mauvais traitements infligés aux civils par les armées nationales sont également courantes dans la région.

“Tout cela risque peut-être d’éclipser cette mort”, a expliqué Ibrahim Maiga de l’ISS.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *