L’affaire Farabougou est beaucoup plus un conflit intercommunautaire qu’une histoire de Djihadistes

Loin de l’idée de l’apologie des groupes obscurantistes, il n’est pas du mode opératoire des djihadistes d’imposer l’embargo sur une population qu’ils veulent acquis et dévoués à leur cause. Les localités qu’ils détiennent depuis 2012 sont des parfaites illustrations.



Ce qui se passe actuellement à Farabougou est la conséquence de la faillite de l’État et de la justice malienne. En effet, selon plusieurs sources locales, depuis un certain temps la tension était vive entre les deux communautés qui vivent dans cette localité. L’une imposait sa loi aux yeux et au su des autorités locales sans aucune réaction, indique une source. C’est pourquoi, l’autre camp qui se sent faible est parti chercher du renfort pour se venger. C’est donc un règlement de compte qu’on assiste tristement à Farabougou. D’où la difficile intervention de l’armée qui pourrait être taxée d’exactions contre une communauté. La négociation est la voie privilégiée par les forces de sécurité.

Nos confrères du Mali doivent faire extrêmement attention à ne pas relayer les intox des médias mensonges et propagandistes français qui ont un agenda de destruction du Mali.

Boubacar Kanouté, correspondant à Ségou.
Figaro du Mali


Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.