La Minusma doit quitter son quartier général de l’hôtel Laico de Bamako

Exclusif. La Minusma qui a installé son quartier général depuis juillet 2013 au luxueux hôtel Laico Amitié, au centre-ville de Bamako, se prépare à évacuer les lieux au plus tard le 31 mars à la demande de l’État malien. Mais ce dernier n’a toujours pas proposé comme il le doit de siège de remplacement à la mission onusienne, obligée de se débrouiller par elle-même.

hotel sofitel amitie accor hotels & resorts bamako laico

Dans le cadre de l’organisation du sommet Afrique-France qui se doit se tenir à Bamako au mois de janvier 2017, le comité d’organisation et le gouvernement du Mali ont notifié à la Minusma qu’elle devait quitter son quartier général de l’hôtel Laico Amitié au plus tard le 31 mars prochain. La mission de l’ONU  envisage de se réinstaller à Bamako, mais à deux endroits diffèrent.

L’administration sera installée dans les anciens locaux du Pnud, dans le quartier central de Badalabougou, sur la rive droite du fleuve Niger, tandis que que ses services de logistique, dont le transport, seront installés dans le quartier Sotuba sur la rive gauche du fleuve Niger, à la sortie est de la ville.

Bamako traîne les pieds

Une solution qui reste peu conventionnelle, car le siège que l’État malien doit fournir à la Minusma, selon les termes du contrat passé entre le Bamako et l’ONU, n’a jamais été défini depuis trois ans. « Il y a eu plusieurs négociations pour que l’État malien nous fournisse ce siège, que ce soit sous la forme d’un bâtiment ou d’un terrain à construire, mais ça bloque toujours sans qu’on sache exactement pourquoi. C’est la raison pour laquelle nous avons privilégié la location depuis trois ans », explique à Jeune Afrique une source proche du dossier.

Selon bon nombre d’observateurs, il n’est pas cependant pas étonnant de voir le gouvernement malien traîner les pieds, tant les autorités du pays, au plus haut niveau, espèrent que la présence de la Minusma, avec plus de 10 000 Casques bleus, ne perdurera pas.

 

Source: Jeune Afrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *