La CMA accepte de reprendre le processus de paix avec Bamako

Le processus de paix entre les acteurs de la crise malienne va reprendre, la semaine prochaine, à Alger, a indiqué lundi à Anadolu, Attaye Ag Abdoulahi, membre de la Coordination des Mouvements de l’Azawad, groupe à dominante touareg.

bilal ag acherif chef rebelle touareg mnla cma signature accord negociation pourparles paix

Le 15 mai dernier, l’accord de paix inter-malien a été signé Bamako, par le gouvernement, lmais sans la CMA.

Cette fois, la Coordination s’est dite “prête à entamer de nouveau le processus de paix prévu du 25 au 30 mai prochain à Alger sous les auspices du médiateur algérien élargie par la communauté internationale”, a affirmé à Anadolu Attaye Ag Abdoulahi porte-parole de la CPA ( Coalition du Peuple de l’Azawad) et membres de la commission communication de la CMA, qui regroupe plusieurs groupes armés.

« Il est temps que le Mali accepte le changement et que nos revendications soient acceptées. Nous exigeons notamment la reconnaissance géographique, politique et juridique de l’Azawad,  une assemblée inter-regionale et un quota de 80 % des ressortissants du Nord Mali parmi les forces de sécurité de l’Azawad. C’est cela qui permettra de sauver le Mali » a-t-il ajouté.

Avant de signer l’accord, précédemment paraphé, Abdoulahi a fait savoir que la CMA « veut être sûr que l’accord que nous allons signer va amener la stabilité au Mali et que le peuple de l’Azawad se retrouvera dedans ».

« Nous avons accepté de parapher l’accord d’Alger parce que nous avions eu des promesses de la part de la médiation internationale qu’il y aura une relance des discussions entre nous et les autorités de Bamako» a indiqué le porte-parole.

De son côté, le groupe de médiateurs internationaux, dirigé par l’Algérie, s’est réunie mardi à Bamako avec à son ordre du jour « l’identification des actions à engager suite à la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali». Il a « exhorté instamment les Parties qui ne l’ont pas encore fait à procéder à la signature de l’Accord, dans les meilleurs délais», selon un communiqué dont Anadolu a reçu copie.

«Dans cet esprit, la Médiation organisera, à compter du 25 mai 2015, à Alger, comme convenu précédemment, une série de consultations destinées à mettre en place les conditions du parachèvement du processus de signature de l’Accord dans les plus brefs délais », précise le document.

Cette nouvelle intervient alors que le Nord du pays est actuellement le théâtre d’affrontements fréquents entre les milices pro-Bamako et des élements de la CMA.

AA/Bamako/ Mohamed Ag ahmedou

Source: Anadolu Agency

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.