La Cedeao contre les autorités de la transition : Des sanctions injustes et insensées

Il n’est un secret pour personne qu’aujourd’hui notre pays traverse un des moments les plus difficiles de son histoire. Confronté à une crise multidimensionnelle, crise qui le menace jusqu’à son existence même, notre pays cherche aujourd’hui à se sortir d’affaires. Au moment où il semble trouver le bout du tunnel, c’est en ce moment qu’à choisi la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour imposer des sanctions à des autorités sur lesquelles le peuple malien dans sa grande majorité fonde tout son espoir pour le sortir de cette situation qui n’a que trop duré.

Avec la décision de l’organisation sous- régionale de sanctionner les autorités de la transition, à savoir le chef de l’exécutif et son équipe et les membres du Conseil national de transition (CNT) qui fait office  de l’Assemblée nationale, en les interdisant de voyager et en gelant leurs avoirs, le peuple malien ne manque pas de se poser la question de savoir: pour qui roule la CEDEAO ? Est-ce que la CEDEAO agit- elle pour la défense des intérêts du peuple ou pour préserver leurs propres intérêts ou ceux d’une tierce personne? Parce qu’il n’arrive pas du tout à comprendre cette décision de l’organisation sous-régionale. Car, si elle dit avoir sanctionné ces dirigeants là pour n’avoir pas voulu respecter les délais prévus pour la fin de la transition et la tenue des élections, elle n’est pas sans savoir que cette volonté de ne pas organiser les élections sans pour autant  procéder d’abord à des réformes politiques et institutionnelles profondes afin de préserver à notre pays les expériences douloureuses passées, est la traduction de la volonté générale d’un peuple qui n’a que trop souffert à cause des élections bâclées dont les conséquences sont des coups d’État successifs.

La CEDEAO n’est plus sans savoir que la situation actuelle du pays marquée par une crise sécuritaire généralisée qui a fait perdre à notre pays plus du tiers de sa souveraineté territoriale, l’on se pose la question pourquoi s’entête-t- elle à valoir imposer des élections dont on pourrait encore regretter les conséquences ? Le peuple malien n’arrive pas du tout à se trouver un sens à ces agissements de l’organisation sous- régionale qui est sensée privilégier sa volonté au détriment de toute autre volonté.

Ces sanctions sont d’autant plus insensées qu’elles sont injustes en ce sens qu’elles ne concernent que le Premier ministre et son gouvernement ainsi que les membres du CNT qui fait office de l’Assemblée nationale. L’opinion nationale n’arrive pas à comprendre  et se demande pourquoi ces sanctions ne concernent que ces membres précités et elles épargnent le premier responsable de cette autorité de transition qui est le président de la République et son ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale ?

Elles sont injustes, puisque d’ordinaire quand il y a sanctions de ce genre elles commencent d’abord par le président ensuite les autres.  Puisqu’il est clair que, quelque soit la volonté d’un Premier ministre, il ne saurait agir contre la volonté de son président. Alors s’en prendre à un Premier ministre et épargner le président dont il relève, cacherait-il d’autres choses dont elle ignore ?, s’interroge l’opinion nationale dans sa grande majorité.

En effet, s’il est vrai que dans les dispositions réglementaires de l’organisation sous-régionale, qu’il est carrément banni le renversement d’un régime par les militaires, les sanctions tenues ainsi auraient plus être justifiées si elles étaient adressées à un président militaire, auteur du coup d’État plus qu’à un Premier ministre civil.

En s’en prenant ainsi au Premier ministre sans son président, cela traduit pour nous deux choses: d’abord, la première, faire tout pour affaiblir le Premier ministre, Dr Choguel Kokala Maïga, l’anéantir afin qu’il puisse déposer par lui-même le tablier, question de lui faire payer son discours va -t-en guerre contre la “mère patrie, la France” à la tribune de l’ONU devant le regard du monde entier et surtout sa volonté de diversifier les partenaires pour sortir le pays du gouffre dans lequel il est plongé depuis plus de huit (08) ans.

Ensuite, la seconde, faire tout pour créer de la dissension entre un Premier ministre et son président qui sont aujourd’hui en parfaite phase, en faisant croire à ce dernier que le premier est l’unique problème qu’il a, pour bien mener sa transition, est son Premier ministre et que la seule solution qui s’offre à lui serait de se débarrasser de ce dernier. Ainsi, en brisant son propre rempart, il serait désormais facile à le manier pour le remettre sur “le droit chemin“, celui de le ramener dans les girons de “la mère patrie, la France“. Quel honte !

Nous ne pouvons pas comprendre qu’en plein vingt unième siècle, qu’il existerait encore des personnes qui ne manifestent aucune volonté de se libérer de cette chaîne coloniale, pire qui contribuent plutôt à torpiller les siens au profit de l’ex-colonisateur. Quand est-ce que l’on verrait une véritable décolonisation de notre continent ? Quand est- ce qu’il y aurait une véritable unité africaine tant recherchée depuis belle lurette ?

En tout état de cause, les Maliens sensés doivent comprendre maintenant que les agissements de la CEDEAO ne sont ni plus ni moins que la traduction de la volonté d’un certain nombre de chefs d’État africains de protéger leurs propres intérêts et de préserver ceux de la France, qui est leur “mère patrie“. Pour y faire face et préserver nos propres intérêts et sauvegarder notre dignité et notre liberté, il revient à nous Maliens de tous bords de taire nos différends internes pour faire face à l’ennemi commun. Ceci n’est pas un choix mais une exigence, voire un devoir de génération. C’est en cela uniquement en cela que nous pourrions répondre dignement présent devant le tribunal de l’Histoire.

Daouda DOUMBIA

Source: Inter De Bamako

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.