Karim Keita, en fuite : la thèse du complot prédomine

Depuis la démission d’IBK du pouvoir, ils sont nombreux les maliens qui se demandaient le sort à réserver à son fils, Karim Keita, député de l’Assemblée nationale dissoute, celui-là même qui a pris une part très importante dans la chute précitée de son père.

En effet, soupçonné d’être impliqué dans de nombreuses affaires de malversations financières, administratives, et foncières, Karim Keita, en fuite, aurait gagné la terre ivoirienne par la route.

Comment cela a été possible, à l’insu des forces de sécurité chargées de surveiller les frontières nationales ?

Pour beaucoup de maliens, soit il y a un complot pour permettre au député Keita de filer à l’anglaise, soit nos forces de défense et de sécurité ne font pas bien leur travail. En tout état de cause, la thèse du complot prédomine.

D’ailleurs, certains vont jusqu’à insinuer que le coup d’État mené par CNSP serait un complot, autrement dit une connivence entre le président sortant et ces militaires.

« Si le coup n’était pas un plan planifié, manigancé, comment peut-on arrêter un président de la République, sans son fils, mêlé dans beaucoup d’affaires, de marchés publics, de nomination de ses proches, ou amis à des postes juteux de l’État, parfois sans que son père ne soit au courant, qui a pu échapper pour se réfugier en Côte- d’Ivoire », soutiennent certains internautes.

Par ailleurs, ils sont nombreux les maliens qui attendent impatiemment des militaires et des futurs dirigeants de la transition, l’interpellation de tous ceux qui ont détourné des biens publics ou sont impliqués dans les malversations financières, pendant les sept ans du régime d’IBK.

Et à leur avis, Karim en fait partie et par conséquent, doit répondre devant la justice malienne. Certes, comme tout justiciable, il bénéficie de la présomption d’innocence, jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie, mais, il n’est un secret pour personne, l’ancien jeune opérateur économique évoluant dans la location de voiture, élu député et président de la Commission défense de l’Assemblée nationale du Mali, s’est fait, durant la présidence de son père, une richesse incroyable au point que les services financiers secrets français auraient alerté les autorités maliennes au regard du volume colossal des transferts de fonds en son nom et pour son compte dans les banques européennes.

Alors, la transition doit être une occasion pour redresser l’État malien et éviter de telles dérives à l’avenir. Ainsi, le CNPS doit s’atteler à la lutte implacablement contre l’impunité.

Pour ce faire, certaines affaires, classées comme « secret défense », doivent être déclassées pour permettre aux juges d’entrer dans le secret des dossiers. Il s’agit entre autres des dossiers portant sur l’achat des équipements militaires, les engrais frelatés, l’avion présidentiel et les hélicoptères cloués au sol, les faux blindés, et nous en passons…

Seydou K. KONE

Source: Bamakonews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *