Journées de réflexion sur l’intégration des ex combattants dans l’armée nationale

Le Ministère de la Défense et des Anciens Combattants a organisé, du 7 au 10 avril 2016 dans la salle Wa Kamissoko du CICB, une journée de réflexion sur l’intégration des ex combattants dans l’armée nationale.

conference reunion debat proliferation armee legere generale kani diabate minusma

La cérémonie d’ouverture présidée par M. Tiéman Hubert Coulibaly, Ministre de la Défense et des Anciens Combattants a eu lieu en présence de M. Innaye Ag Mohamed, secrétaire permanent du comité national de coordination de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation ainsi que de plusieurs autres personnalités. L’intégration des ex combattants paraît être un gage de paix, de sécurité, de quiétude tant pour notre pays que pour la région sahélo saharienne. En effet, la problématique de l’intégration des ex combattants constitue une préoccupation sécuritaire partagée. Cette grille de lecture géopolitique ou géo-sécuritaire impose et appelle un appui multiforme de tous les acteurs concernés. L’atelier de réflexion d’intégration des ex combattants, dira le ministre de la Défense, résulte d’un long processus à l’interne des forces armées et de sécurité en cours depuis l’année 2013 à travers une reforme de l’armée. Cette réforme prévoit un nouveau type d’armée. Ce qui veut dire un nouveau type de soldat, de doctrine militaire, d’équipement, de carte d’identité militaire et de défense dans un contexte national, sous régional, régional et international. ******************* LE SYJOR RECLAME DES EXCUSES PUBLIQUES AU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE L’information a été donnée par le Syndicat National des Journalistes Reporters du Mali (SYJOR) le jeudi 07 avril 2016 à la Maison de la presse. La conférence animée par Baye Coulibaly, secrétaire général du SYJOR, a eu lieu en présence d’Amadou Maïga, représentant de la Maison de la presse ainsi que de plusieurs autres personnalités. Aux dires du conférencier, le président de l’Assemblée Nationale s’est acharné contre la presse malienne le lundi 4 avril 2016 à l’ouverture de la session parlementaire d’avril. M. Sidibé avait qualifié la presse nationale de « l’oiseau de mauvais augure de l’ère démocratique ». Selon Baye Coulibaly, ce qui est entrain de gangrener notre démocratie, n’est pas la presse. Mais c’est le pouvoir qui ne s’est jamais préoccupé de donner une orientation à la presse. Après 20 ans de démocratie, le pays est sans école de journalisme et n’octroie pas de bourses d’études. Les concours d’entrée au CESTI de Dakar sont suspendus au Mali sans parler du laisser-aller dans la création des radios, des journaux et télévisions. Pour terminer, il dira que si le président de l’A.N ne présente pas ses excuses publiques à la presse, le SYJOR boycottera la couverture médiatique de la 24ème session de l’Assemblée parlementaire de la francophonie prévue à Bamako au mois de mai prochain. ********************* Les conditions et procédures d’agrément des équipements de télécommunications, des technologies de l’information et de la communication fixées Le Conseil des ministres du mercredi 6 avril 2016 a adopté un projet de décret fixant les conditions et les procédures d’agrément des équipements de télécommunications, des technologies de l’information et de la communication (TIC). Le présent projet de décret adopté en application de l’ordonnance n°2016-014/P-RM du 31 mars 2016, permettra à l’AMRTP de veiller à la conformité des équipements avec les standards et normes internationaux. Il fixe les conditions et les procédures de délivrance des agréments en matière de fourniture, d’installation, d’entretien et de commercialisation des équipements terminaux de télécommunications, des technologies de l’information et de la communication. Et détermine en outre les sanctions applicables en cas de violation des conditions et procédures d’agrément fixées. Pour rappel, l’Autorité malienne de régulation des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication et des postes (AMRPT), créée par ordonnance n°2016-014/P-RM du 31 mars 2016, a pour mission notamment de recevoir les déclarations et les demandes d’agrément et de délivrer les récépissés de déclaration et les agréments prévus par la législation relative aux télécommunications et aux TIC. ************* Le cadre organique de l’Observatoire national des villes déterminé Sur le rapport du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, le gouvernement a adopté des projets de décret relatifs à l’organisation, aux modalités de fonctionnement et au cadre organique de l’Observatoire national des villes (ONAV). Les présents projets de décret fixent l’organisation, les modalités de fonctionnement et le cadre organique de l’Observatoire national des villes. Ils créent les organes de l’Observatoire national des villes et déterminent la composition et les modalités de leur fonctionnement. Ils fixent également les effectifs nécessaires au bon fonctionnement de l’Observatoire national des villes qui est un service rattaché à durée indéterminée créé par l’ordonnance n°2016-004/P-RM du 15 février 2016. Il a pour mission d’entreprendre des études et des recherches dans le domaine du développement urbain durable et d’assurer la diffusion de leurs résultats en vue d’améliorer la maîtrise de la croissance harmonieuse des villes maliennes.

Source: InfoSept

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *