Insatisfaites de la partition programmée du Mali, l’ONU et la France manigancent autrement

Dans un rapport qui serait tenu secret, des médias occidentaux annoncent encore des balivernes sur les segments de la République, histoire de semer le doute dans la tête des Maliens et profiter de la faille.

Les impérialistes ont toujours usé de cette méthode médiatique d’où la multiplication sans raison valable des relais de médias occidentaux en Afrique. Le but réel est de tenir l’opinion des pays africains et de mieux manipuler leurs peuples par la désinfection. Cette vieille méthode des puissances étrangères ont fait que des pays nationalistes ont toujours coupé le signal de RFI et de France 24 dans leur pays.

Venons-en au cas actuel pour notre pays
RFI annonce tôt ce samedi matin vers 6h30 que le patron de notre sécurité d’État et son adjoint bloquent la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation et qu’ils sont en complicité avec un réseau de drogues qui les payent mensuellement.
Des accusations à faire rêver débout ! On croirait, à entendre ces médias occidentaux, que Gal Moussa Diawara et son adjoint sont des ennemis du Mali ou d’eux-mêmes! C’est impossible à avaler. C’est grotesque, car c’est la sécurité d’État au contraire qui protège le pays des menaces à chaque instant et le jour que ça arriverait que ton garde du corps complote ton élimination, tu ne t’échapperais jamais !

Les pérégrinations des occidentaux sont farfelues à bien d’un titre

Moussa Diawara qui jouit d’une grande confiance du président, eu égard à ses expériences professionnelles, est dans toutes les conditions financières inimaginables pour se suffire dans ses fonctions. Il est doté d’un grand budget et d’un confort dans le travail, le mettant à l’abri du besoin. Alors, pourquoi aller prendre des miettes avec des malfrats alors qu’il gère déjà un gros budget, sainement ? C’est illogique quand on sait qu’il est n’est pas nécessiteux.

L’accord pour la paix et la réconciliation

Si le Directeur Général de la Sécurité d’état empêche que cet accord qui sème la division du Mali et qui n’a jamais eu l’approbation du peuple malien, ne soit pas mis en œuvre avant sa relecture demandée par le peuple du Mali et confirmée par le Dialogue National Inclusif (DNI), alors il sied de féliciter le patriote le Général Moussa Diawara pour son combat pour l’intérêt du peuple malien.

En réalité, les Nations unies et la France qui ont savamment créé et soutenu les indépendantistes devenu la CMA aujourd’hui, mettent toujours la pression sur les autorités maliennes pour accélérer la mise en œuvre de cet accord qui est un danger pour l’unité et l’intégrité territoriale du Mali. Alors le rôle de conseiller stratégique du Président de la République que joue Moussa Diawara dans ce dossier froisse la France et ses complices qui voient leur plan partir à l’eau. Alors, il faut monter le peuple fragile du Mali contre cette structure stratégique et ses responsables. Peine perdue.

La recommandation des Nations unies et de la France aux autorités maliennes seraient de mater les leaders du M5 RFP pour les empêcher de s’exprimer pleinement conforment à la constitution. Certes, il y a eu des débordements le 10 juillet mais, tant que le M5 reste dans l’ordre constitutionnel, IBK ne veut s’attaquer à personne.

Ainsi se dévoile un autre grief des impérialistes contre les autorités maliennes.

En clair, les Nations unies et la France sont en train d’échouer dans leur plan de déstabilisation du Mali et l’une des sentinelles contre la partition programmée du Mali reste la DGSE.

Malick Sy

Source: icimali
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *