INCIDENT À LA FRONTIÈRE MALI-MAURITANIE: Les deux pays s’engagent à sanctionner les auteurs

Suite à une attaque meurtrière qui a causé la mort de 7 commerçants mauritaniens sur le territoire malien, à la frontière Mali-Mauritanie, entre Tarabakoro et Akor, dans la région de Nara, le 17 Janvier 2022, la Mauritanie demande d’ouvrir une enquête.  

 

La présidence de la République islamique de Mauritanie a annoncé dans un communiqué rendu public qu’il déplorait cet incident douloureux qui a coûté la vie à 7 citoyens mauritaniens sur le sol malien.

Si le communiqué de la présidence ne précise pas l’identité des auteurs ni les raisons selon lesquelles cette attaque a été perpétrée contre des civils mauritaniens au Mali, il demande en effet l’ouverture d’une enquête diligente afin de repérer les auteurs de cette tragédie malheureuse. Selon les informations de Radio France internationale (RFI), l’armée malienne serait impliquée dans ce massacre. Elle aurait recueilli les informations auprès des familles des victimes.

Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, le président mauritanien a dépêché à Bamako les ministres des Affaires étrangères, de la Défense nationale, de l’Intérieur et le directeur général de la Sûreté nationale pour non seulement en savoir plus, mais aussi pour parler des coopérations entre les deux pays. Le gouvernement du Mali a fait un communiqué le 22 janvier dernier afin de clarifier les choses par rapport avec cet incident. « Le gouvernement décline toute responsabilité et souligne à ce stade qu’aucun élément ne met en cause les forces armées maliennes (FAMa)  qui respectent la sacralité de la vie humaine et agissent avec professionnalisme dans la lutte contre le terrorisme », précise le communiqué.

Cependant, le gouvernement du Mali a ajouté qu’à la suite d’une séance de travail avec une délégation mauritanienne dépêchée à Bamako aujourd’hui, il a décidé des actions suivantes : ouvrir une enquête transparente et diligente dont les résultats seront partagés avec la partie mauritanienne ; prendre toutes les mesures pour arrêter et traduire devant la justice les auteurs de ces actes tragiques ; renforcer la coopération dans la lutte contre l’insécurité avec les forces de défense et de sécurité mauritaniennes. Les peines les plus sévères seront infligées aux auteurs du crime, ont assuré les autorités.

Moriba DIAWARA  LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.