Guerre de la France contre les jihadistes au Sahel et perspectives d’avenir

Fin décembre 2020, trois soldats français du 1er régiment de chasseurs de Thierville sur Meuse ont été tués à la suite de l’explosion d’un engin explosif improvisé (EEI) placé par des jihadistes dans la région de Hombori, au centre du Mali . Les trois militaires, Quentin Pauchet (21 ans), Dorian Issakhanian (23 ans) et Tanerii Mauri (28 ans) étaient engagés dans l’opération dénommée « Barkhane », lancée en août 2014 pour contrer les djihadistes actifs dans la zone sahélienne .. Une opération qui, avant même la mort des trois soldats, était peu comprise (et partagée) par l’opinion publique française car elle était considérée comme une guerre lointaine qui avait peu d’influence sur la réalité française; avec la mort des trois soldats, beaucoup ont commencé à se demander s’il était logique de continuer dans cette direction, la France ayant perdu au total 55 soldats depuis le début des opérations anti-jihad en janvier 2013.

Beaucoup en France estiment que la précédente opération « Serval » et l’actuelle « Barkhane » ne contribuent pas beaucoup à la sécurité intérieure du pays, étant donné que la plupart des attaques ont été perpétrées par des djihadistes indigènes, des réfugiés ou des Nord-Africains arrivés en France via l’Italie après avoir atteint les côtes siciliennes à bord de bateaux (voir cas Brahim Aouissaoui).

Cependant, la question est beaucoup plus complexe et il est bon de prendre du recul, début 2013, pour mieux comprendre ce que font réellement les militaires français au Sahel et comprendre en quoi cet engagement est au contraire fondamental pour la sécurité de l’Europe. .

Les opérations «Serval» et «Barkhane»
L’opération «Serval» a été déclenchée le 11 janvier 2013 à la suite d’une offensive des jihadistes appartenant aux groupes Ansar Dine, Aqim et Mujao qui avaient expulsé les rebelles touareg du Mnla (Mouvement national pour la libération de l’Azawad), une fois rebelles contre la centrale gouvernement de Bamako, prenant le contrôle d’une grande partie du nord du Mali et lui imposant la charia. L’opération s’est terminée au bout d’un an et demi, le 15 juillet 2014, avec la reconquête totale des territoires occupés par les djihadistes et avec de lourdes pertes de ces derniers, dont beaucoup ont fui de l’autre côté de la frontière dans les montagnes algériennes.

Le 1er août 2014, l’opération «Barkhane» a débuté, dans le but de maintenir la pression sur les groupes dits GAT (Groupes armes terroristes) principalement dans la zone des trois frontières (Mali, Algérie, Niger), avec la possibilité de frapper même au-delà des frontières, réduire drastiquement la liberté d’action des jihadistes, les priver des moyens de combattre, les empêcher de reconstituer des zones franches où ils peuvent se réfugier et cibler d’éventuels flux de fournitures logistiques, comme l’illustre le ministère français de la Défense, qui a défini l’opération «le pilier français de la lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel».

Le contingent initial de 3000 hommes, dont 2200 stationnés au Mali et au Tchad et le reste en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso et au Niger (où se trouve une base de renseignement), a été renforcé par de nouvelles dépêches en février 2020 qui ont porté le nombre de soldats. à 5,100.

Les objectifs atteints
Dans l’ensemble, l’opération «Barkhane» a obtenu des résultats extrêmement satisfaisants, avec plus de 1 300 djihadistes éliminés ou capturés et des tonnes d’armes et d’explosifs saisis et détruits. Parmi les succès opérationnels, il y a aussi l’assassinat du chef d’Al-Qaïda au Maghreb-Aqim islamique, Abdelmalek Droukdel (le 3 juin 2020), identifié à la frontière algéro-malienne et éliminé par les forces spéciales et celui de Ba Ag Moussa , à la tête de Nusrat al-Islam (ou Gsim), tué le 10 novembre 2020 dans la région de Ménaka, avec quatre lieutenants.

Le 30 novembre, une attaque coordonnée des jihadistes contre trois bases françaises à Gao, Kidal et Menaka a provoqué un fiasco car elle n’a fait aucune victime parmi les troupes transalpines. En revanche, 2021 a vraiment mal commencé pour les islamistes qui, rien qu’au premier mois , ont perdu une centaine d’hommes à la suite d’une série d’offensives militaires franco-maliennes.

Début février, des jihadistes lourdement armés appartenant à Nusrat al-Islam ont attaqué un poste de l’armée malienne à Boni, près de la route reliant Hombori à Nokara, à environ 70 km de la frontière avec le Burkina Faso, tuant 10 soldats maliens. Il est clair que les jihadistes, se rendant compte qu’ils ne pouvaient pas frapper les Français, ont opté pour une cible «plus facile», et se sont repliés sur les troupes de Bamako.

L’Altor «Groupement Tactic Desert»
En février 2020, la ministre française de la Défense, Florence Parly, a annoncé l’envoi de renforts au Sahel pour renforcer encore les opérations. Parmi les premiers à partir se trouvaient 200 parachutistes de la 2e Légion étrangère qui allaient former le Gtd Altor , principalement actif à Litapko avec les forces armées du Niger, dans le but d’isoler les groupes terroristes en les empêchant d’avoir accès aux détruire ses réseaux logistiques et de commandement.

Les Gtd se déplacent en silence, agissant par surprise avec des infiltrations et des embuscades, mais ils travaillent aussi à identifier les bases et abris jihadistes qui sont ensuite détruits et à la recherche d’armes, de munitions, de véhicules et autres équipements utilisés par les islamistes, qui sont ensuite saisis.

Le 4 mars 2020, toujours dans la région de Litapko, des légionnaires de l’escadron «noir 10» du groupe de reconnaissance Pri, appartenant à la cavalerie du 1er rég, ont identifié et tué deux jihadistes à bord d’une moto qui avaient refusé de s’arrêter à la halte et ils avait visé les kalachnikovs sur les militaires, le tout capturé dans une vidéo .

Ce sont également les militaires eux-mêmes qui soulignent qu’une grande partie des morts et des blessés des soldats français a été causée par des mines et des engins explosifs improvisés (EEI) placés le long de la route où passent les véhicules. C’est pour cette raison que les convois voyagent souvent à des vitesses réduites et avec des activités de surveillance et de déminage constantes afin d’éviter les attaques.

L’avenir de l’opération « Barkhane »
Le 16 février, le président français, Emmanuel Macron, a annoncé lors du G5 au Sahel que pour le moment Paris n’a pas l’intention de revoir le nombre de troupes engagées au Sahel contre les jihadistes et qu’une éventuelle moindre présence des troupes françaises dépendra de l’implication d’autres pays européens avec l’apport de troupes pour remplacer celles déjà envoyées de Paris.

De plus, un prochain désengagement français du Sahel serait dévastateur non seulement pour le Mali qui reste un pays extrêmement fragile tant d’un point de vue institutionnel que politique, avec un gouvernement central incapable de contrôler son propre territoire et les révoltes au nord partie.

Bien que la France continue de dispenser une formation aux troupes maliennes, il est impensable que l’armée de Bamako puisse faire face à elle seule à la menace djihadiste présentée par plusieurs groupes actifs dans la région. Les Français devront rester jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé avec d’autres pays de l’Union européenne prêts à envoyer leurs propres contingents, car, en cas de retrait français, les djihadistes ne mettront pas longtemps à regagner les territoires perdus et à plonger non seulement les pays dans le chaos. Mali, mais toute la région. Ce n’est pas un hasard si la présence française trouve le soutien de tous les pays africains membres du G5 Sahel (Niger, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie, Niger et Mali).

Il ne faut pas non plus oublier qu’un peu plus au sud-est, dans le nord du Nigéria, Boko Haram est actif, avec une présence également au sud du Niger et au Tchad. Laisser le champ libre aux djihadistes au Mali et dans la zone des trois frontières (Mali-Algérie-Niger) entraînerait un renforcement des islamistes au même titre que ce qui s’est passé entre l’Irak et la Syrie avec l’avènement de l’Etat islamique et ce C’est exactement ce qu’il faut éviter, car les répercussions se feraient également sentir dans une Europe géographiquement pas si éloignée et avec la Libye facilement accessible via le désert. En 2019, la France a dépensé environ 695 millions d’euros pour «Barkhane» et en 2020 près d’un milliard, soit environ 76% du budget pour les opérations militaires dans le pays et à l’étranger. Un chiffre fou mais inévitable, car l’alternative risquerait d’être bien pire.

Source : marocco

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.