G5 SAHEL : Vers un soutien financier accru

Au sommet du G7, Paris et Berlin ont plaidé pour un soutien financier de taille au G5 Sahel et son élargissement au pays de la sous-région afin de faire de la lutte contre le terrorisme une mission commune.

Le président en exercice du G5 Sahel, Rock Marck Kaboré, le Président burkinabé, a effectué le déplacement de Biarritz en France au sommet du G7 où plusieurs chefs d’Etat africains étaient également du rendez-vous.

En marge de ce sommet, les présidents des sept pays les plus puissants du monde ont évoqué la situation sécuritaire dans le monde et le cas du G5 Sahel par le président français et la chancelière allemande.

Créé en 2014 à Nouakchott, le G5 Sahel avec sa force conjointe a pour mission de combattre le terrorisme et les narcotrafiquants dans l’espace sahélien. Depuis sa création et sa réactivation lors du sommet extraordinaire de Bamako, en 2017, la force conjointe a officialisé sa présence sur le terrain, une fois, son siège à Sevaré, puis transféré à Bamako sous le commandement de l’ancien général mauritanien Hanena Ould Sidi.

Au regard de sa mission combien important dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont estimé lors du sommet du G7 qu’il est important de mieux armer et mieux former les militaires et policiers de la région, et épauler les pays de toute la région touchés de près ou de loin par l’instabilité au Sahel.

En clair, il s’agit des pays comme la Cote d’Ivoire, le Sénégal, le Ghana et même le Cameroun, qui partagent le Sahel. Macron et Angela souhaitent que ces pays soient associés au combat contre le terrorisme.

«La force de l’initiative prise, c’est qu’elle élargit le périmètre de sécurité compte tenu de l’évolution terroriste, et en particulier, elle permet de réengager dans l’aspect sécuritaire les membres de la Cédéao », a expliqué Emmanuel Macron.

Présentement sur le terrain, la Force conjointe mobilise quelques militaires des cinq pays membres, entendu que le nombre estimé au départ à 5000 éléments. Plusieurs opérations ont été menées  sur  tout le long des frontières du Niger, du Burkina Faso et duMali.

La nécessité de doter la force conjointe du G5 Sahel des moyens à la hauteur de sa mission préoccupent les pays du Sahel et ses partenaires européens, d’où la sollicitation de financement par Macron et Merkel aux pays nantis du monde.

Habi Sankoré

Source: Le Soft

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.