En un mot : Pourquoi garder encore le capitaine Sanogo ?

general amadou haya sanogo arreteDepuis une semaine, la justice s’est lancée dans une campagne de communication pour préparer l’opinion à accepter sa décision prévisible d’élargir des généraux défendus par de hauts cadres du parti majoritaire dans l’affaire d’exécutions extrajudiciaires de bérets rouges par la junte de Kati en mai 2012.

Ainsi, le parquet distille dans la presse l’annonce de non-lieu pour l’ex-DG de la Sécurité d’Etat, l’ancien ministre de la Défense et l’ex-chef d’état-major sous la transition. Les deux derniers ont été confondus de tentative de dissimulation de crime : en cherchant à inclure les noms de bérets rouges tués dans une liste de militaires à déployer au nord.

Il faudrait s’attendre à voir la chambre d’accusation rendre un verdict dans ce sens, le 22 décembre 2015. Pendant qu’on y est, on pourrait accorder la même grâce juridique au pauvre Amadou Haya Sanogo et certains de ses compagnons comme le capitaine Amadou Konaré et l’adjudant-chef Seyba Diarra qui avaient pu compter sur la complicité des trois généraux pour commettre leurs forfaits.

En tout cas, n’eut été la pression des organisations internationales de défense des droits de l’Homme, on aurait déjà passé par pertes et profits tous les crimes commis par l’ex-junte de Kati comme on le fera avec ceux commis par les rebelles du MNLA et leurs complices terroristes.

DAK

Source : l’indicateur du renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *