On en parle dans les coulisses… : Reprise des négociations d’Alger : Le planning prévoit au moins quatre semaines de discussion

Le Gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays sont à nouveau à Alger après s’être mis d’accord, en juillet dernier, sur une feuille de route. Pour cette deuxième rencontre, en principe les deux camps doivent rentrer dans le vif du sujet, en abordant les questions de fonds. La cérémonie d’ouverture de cette deuxième session des pourparlers a commencé avec deux heures de retard (15 h Tu au lieu de 13 h comme initialement prévu) et pour cause, le refus de certains groupes rebelles d’entrer dans la salle pour des raisons de protocole, disent-ils.

conference presse ministre affaires etrangeres abdoulaye diop

 

 

 

Mais après avoir discuté avec le Ministre algérien des Affaires Étrangères, les membres du Mouvement National de Libération de l’Azawad (Mnla), du Mouvement Arabe de l’Azawad (Maa) et du Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (Hcua) ont fini par rejoindre, dans la salle, les membres du Gouvernement malien et les représentants de la communauté internationale.

Du côté des autorités maliennes on assure être venu, l’esprit ouvert et les oreilles tendues. Mais à l’image du premier sommet qui s’est tenu en ces mêmes lieux en juillet dernier, les groupes du nord semblent toujours divisés. Cette attitude des groupes armés a même amené un des intervenants à les qualifier de “ceux qui prennent les discussions en otage”.

Quant au Ministre burkinabé des Affaires Étrangères Djibril Bassolé, il a lancé de son côté à l’intention des groupes armés: “vos divergences sont un facteur de menace pour la paix”. Au cours de cette première journée du deuxième round des pourparlers d’Alger, quatre commissions ont été mises sur pied pour discuter des problèmes politiques et institutionnels ; des questions de sécurisation et enfin des questions de justice et de réconciliation et enfin des questions de développement économique. Cette fois-ci, le planning prévoit au moins quatre semaines de discussion.

Avant l’ouverture de ce deuxième round des pourparlers d’Alger, le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu pour le Mali, Gérard Albert Koenders, s’est réjoui de l’environnement dans lequel vont s’ouvrir les négociations lors de cette session. “On a une feuille de route, une déclaration de cessassion des hostilités, un protocole d’entente entre les mouvements armés et enfin une volonté très claire du gouvernement malien de négocier. Avant, c’était différent et c’est ce qui compliquait les choses. Mais avec la signature de ce protocole d’accord entre les différents mouvements politico-militaires du nord, il y a vraiment de bons signes. Il y a une volonté réelle d’avancer et d’oser la paix”, a t-il dit.

Le diplomate Onusien reconnaît cependant que quelques difficultés subsistent encore, mais il se dit très optimiste quant à une issue favorable au terme de ce deuxième round. Attendons donc de voir et souhaitons pleine réussité à ces assises de la deuxième session des pourparlers inclusif inter-maliens.

 

SOURCE: Soir de Bamako

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.