Opérations des forces spéciales du Mali : L’Emir Souleymane Kéita pris dans les filets

C’est assurément un coup dur que les forces spéciales maliennes viennent d’infliger au groupe terroriste Ançar dine d’Iyag Ag Ghaly par la capture de l’«Emir» de sa filiale du sud malien, dénommée la «Katibat halid ibn walid».
Souleymane Keita katiba Khalid Ibn Walid amadou koufa terroriste djihadiste islamiste Ansar Eddine Front liberation Macina flm
De son vrai nom Souleymane Keïta, l’homme qu’une unité des forces spéciales de la sécurité d’Etat vient de mettre sous l’éteignoir ce mardi 29 mars, a la sale réputation d’avoir été le cerveau des attaques terroristes dans le sud de notre pays. On pourrait citer les attaques contre les logements du personnel de la Minusma à Magnambougou-Fasso Kanu à Bamako, de Missabougou, de la Brigade de la Gendarmerie de Baguinéda et du poste de police de l’auto-gare de Sogoniko en août 2015 comme preuves de la nocivité du désormais captif Souleymane Kéita. Car elles ont toutes été perpétrées par ses disciples. Ayant servi comme recruteur de jeunes talibés dans le nord sous l’occupation jihadiste et participé aux attaques de Konna, il est considéré comme un stratège militaire aussi familier au maniement des armes qu’à celui des explosifs. C’est après avoir passé par les mailles des filets de la Dgse lors du démantèlement d’une de leur base, située dans la forêt de Sama, dans région de Sikasso, en juin 2015, que le jihadiste quitte le pays et disparait. Son arrestation ce mardi permet de savoir que sa cavale l’a successivement mené en Guinée, en Sierra Leone puis en Gambie. De là, il a réussi à rallier la forêt de Wagadou, vers la frontière mauritanienne, où se trouvent les miliciens du Front de libération du Macina, autre franchise d’Iyag Ag Ghaly. C’est d’ailleurs en voulant rejoindre ce dernier (qui n’est autre que son mentor) dans le nord de notre pays, qu’il s’est fait cueillir par nos forces spéciales. Saignée politique à Banamba : Le Maire Asma rejoint le RPM Décidemment, le Rassemblement pour le Mali (RPM) a le vent en poupe. Malgré les dénonciations calomnieuses, les Maliens continuent à croire en ce parti. Pour preuve, partageant les idéaux du parti des tisserands, les principaux animateurs de la scène politique se bousculent pour rejoindre ladite formation politique. Après l’adhésion de plusieurs personnalités influentes du pays, d’autres signent leur arrivée au RPM. En effet, à l’occasion de sa rentrée politique hier dimanche 3 avril 2016, le Maire de Banamba, Aly Simpara, et ses camarades politiques ont quitté l’Asma/CFP (Alliance pour la solidarité au Mali -Convergence des forces patriotiques) pour adhérer au RPM. A noter qu’il y a eu d’autres adhésions de taille. Il s’agit notamment du Président local de l’Assemblée permanente de la Chambre d’agriculture du Mali (Apcam) qui a démissionné de l’URD. Aux dires des adhérents, ils ne se reconnaissent plus dans la démarche de leurs désormais anciennes formations politiques. Car, estiment-ils, au regard de la situation de crise que le Mali traverse, il doit y avoir un sursaut national autour du Président de la République en vue de conjuguer les efforts pour une sortie définitive de la crise. Concours d’entrée à l’école nationale de police : Les élèves sous-officiers en regroupement Le terrain de football de l’Ecole nationale de police a servi de cadre, ce 28 mars, au regroupement des candidats admis au concours de recrutement d’élèves sous-officiers au titre du contingent 2014-2015 de la Police nationale. Il était surtout question, par leur convocation, de repartir les heureux admis afin de former les différentes compagnies au sein desquelles ils devront évoluer. Une phase très importante donc avant le rendez-vous du 29 mars, où ils ont été dotés en matériels et équipements nécessaires à leur formation à travers des modules aussi bien militaires qu’administratifs.Source: Le Progrès

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *