Deuil dans les camps de la Garde et de la Gendarmerie nationale : Des officiers lâchement assassinés

Au camp CCI de la Garde nationale et au Camp de la Gendarmerie nationale à Darsalam, l’atmosphère était lourde ce lundi, l’on retenait plus ses larmes. Des bâches mortuaires étaient installées devant les logements des officiers Mody Diarra (Commandant) et de Paul Mari Diarra (Lieutenant) et un officier de la gendarmerie, dont nous ignorons le nom. Ils ont été froidement abattus par des barbares du MNLA et leurs complices djihadistes, le samedi dernier, peu de temps après leur prise en otage dans les locaux du gouvernorat de Kidal.

 assassinat meurtre egorge tuerie mort execution sommaire prefets mnla azawad nord mali kidal gao tombouctou

Selon des témoignages recueillis sur place, avant d’être exécuté, Paul Mari aurait appelé sa femme pour l’informer de leur arrestation par ces décervelés. Il l’aurait dit, qu’ils ont été arrêté par des combattants du MNLA, ils envisageaient de les transférer sur un autre site. Il lui demande de garder l’information par devers soi et de garder son calme. Mais, dans pareille circonstance, l’on ne peut se retenir. Quelque moment après, elle a tenté de joindre son mari, sans succès. Le téléphone était éteint. Dans la matinée du dimanche, l’imam de la mosquée de la Garde accompagné par quelques sages sont venus l’annoncer la triste nouvelle. C’est dans la matinée d’hier lundi, que les familles du commandant Mody Diarra et du gendarme ont été informées de l’assassinat de leur père et époux. Tous les trois corps avaient été mis à la disposition du Ministère de l’Administration territoriale pour servir dans le commandement.

Faut-il le rappeler, le Commandant Mody Diarra était préfet de Tinesako, la ville du colonel Fagaga, un officier intégré, qui servait à la Garde nationale avant de glisser dans le MNLA.

Ce sont ses hommes qui occupaient le Gouvernorat pendant l’occupation. Il a fortement désapprouvé la décision d’évacuation de bâtiment, prise par l’aile politique du MNLA. Lui et Mody Diarra, sont deux hommes qui se connaissaient très bien.

A l’instar du commandant Mody Diarra, les éléments assassinés et leurs assassins se connaissaient très bien avant cet événement. Ces derniers prenaient-ils leur revanche sur les victimes ? L’avenir nous en dira davantage. Il faut que les auteurs de cet assassinat ignoble soient arrêtés et traduits devant les tribunaux. Surtout que le commandant Mody Diarra est tombé laissant sa femme gravement malade. Que la terre leur soit légère. Amen.

Mohamed A. Diakité

SOURCE: Tjikan
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *