DEBOUT SUR LES REMPARTS : Les Maliens disent ‘’ non aux sanctions de la Cedeao’’ et donnent une légitimité aux autorités de la transition

A l’union, le peuple malien est vent debout contre les sanctions injustifiées, illégales et illégitimes édictées par la Cedeao contre leur pays. A quelque chose malheur est bon, dit un l’adage. Ces sanctions ont fait vibrer la fibre patriotique chez les Maliens. A travers une démonstration historique sur l’ensemble du territoire national, de Kayes, en passant Ségou, Mopti, Gao…dans la quasi-totalité de toutes les localités, le peuple malien a massivement répondu, ce vendredi 14 janvier 2022, à l’appel des autorités de la transition. Une véritable démonstration de force qui a fait trembler les auteurs de ces sanctions.

Une première dans l’histoire du Mali. Dans la capitale malienne (Bamako), la place de l’Indépendance n’a jamais enregistrée la présence d’une marée humaine de la sorte. Comme piqué dans son orgueil, le peuple malien est sorti massivement pour exprimer sa fierté. Si d’autres ont passé la nuit, depuis le matin de ce vendredi 14 janvier, jour de prière, le Boulevard de l’indépendance a été pris d’assaut par les manifestants. On pouvait lire sur les pancartes et avec des slogans forts : « A bas la Cedeao », « A bas la Cedeao sous les ordres », « Abas la France ; vive la Russie », « Vive l’armée malienne », « Nous soutenons notre armée », « Vive Assimi, Vive Choguel », entre autres. Plusieurs organisations sociopolitiques, des partis politiques de tous bords, de la société civile ont pris part à cette manifestation exceptionnelle, inédite et historique. A travers cette gigantesque mobilisation, le peuple uni et très déterminé a démontré qu’il soutient les autorités actuelles dans la conduite des actions pour le rétablissement de la sécurité sur notre territoire et la refondation du Mali.

Légitimité donnée aux autorités de la transition

En répondant massivement à la mobilisation générale sur l’ensemble du territoire décrétée par le gouvernement à travers un conseil des ministres, les Maliens ont donné une grande légitimité aux autorités de la transition. Quitte à eux de trouver les voies et moyens pour écourter leurs souffrances, en allant un peu plus vite pour organiser les élections. Les Maliens n’ont pas peur de 5 ans de prolongation de la durée de la Transition, car, depuis plus de 10 ans, ils sont dans l’incertitude totale. Mais, ils ne font pas confiance au temps, car le pouvoir aime s’accrocher au temps et l’homme s’arrache difficilement du pouvoir. C’est pourquoi il sera judicieux pour les militaires au pouvoir de prendre conscience qu’une transition doit être courte. Certes les Maliens leur ont donné toute leur confiance, alors qu’elles fassent preuve de bonne foi en proposant un chronogramme réaliste, court, sanctionné par l’organisation des élections présidentielles crédibles et transparentes. Les Maliens seront très fiers d’elles si au bout d’un temps record, le Mali se hisse au rang de leader de l’Afrique.

Agoumour

Source: Démocrate

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.