Côte d’Ivoire – soldats détenus au Mali : après avoir prôné la négociation, Abidjan durcit le ton

La Côte d’Ivoire a dénoncé ce mercredi « le chantage inacceptable » de la junte dans le dossier des soldats détenus au Mali depuis deux mois, et exige leur libération « sans délai ». Abidjan appelle également à un sommet ouest-africain.

Deux mois après l’arrestation, à Bamako, de 49 soldats ivoiriens et leur inculpation en août pour « tentative d’atteinte à la sureté extérieure de l’État », la Côte d’Ivoire hausse le ton et dénonce « un chantage inacceptable » de la part de la junte malienne qui conditionne désormais la libération des militaires à l’extradition de personnalités maliennes vivant sur le sol ivoirien. Il s’agit notamment de Karim Keïta, le fils de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) renversé par les colonels en 2020, et de Tiéman Hubert Coulibaly, ministre de la Défense et des Affaires étrangères sous Keïta.

« Cette demande confirme, une fois de plus, le fait que nos soldats ne sont, en aucun cas, des mercenaires, mais plutôt des otages », a déclaré le secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité (CNS), Fidèle Sarassoro, à l’issue d’une réunion extraordinaire du conseil présidée ce mercredi 14 septembre par Alassane Ouattara.

« Le Conseil national de sécurité considère ce chantage comme inacceptable et exige la libération, sans délai, de nos 46 soldats – trois femmes militaires ont été libérées le 3 septembre, NDLR – », affirment les autorités ivoiriennes, qui jusque-là avaient privilégié la voie diplomatique pour sortir de cette crise qui oppose les deux capitales ouest-africaines.

Réunion extraordinaire de la Cedeao

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.