Conférence de presse des membres du Conseil de sécurité : Le Mali doit retrouver sa souveraineté légendaire.

Les membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies ont effectué une visite de travail de deux jours dans notre pays. Cette visite a été l’occasion pour la délégation de faire le point avec les hommes des médias. C’était le lundi 3 février 2014 à l’hôtel Sofitel Amitié de Bamako, qui sert de QG pour la MINUSMA.

 delegation conseil securite onu minusma negociation mnla azawad gerard araud casque bleus nord mali primature

Lors de  cette conférence de presse clôturant leur déplacement au Mali, les membres de la délégation ont fait part de leur satisfaction devant la détermination des autorités maliennes à résoudre définitivement la crise.

 

 

La conférence de presse était co-animée par l’Ambassadeur de la France au Mali, SE Gérard Araud, celui du Tchad Banté Mangaral et du représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, M. Konders.

 

 

Concernant le dialogue ou négociation inclusive entre Maliens, ils ont constaté une volonté manifeste de la part de tous les acteurs maliens pour trouver une solution durable à la crise récurrente au Mali.

 

 

Ils ont réaffirmé leur disponibilité, à travers le Représentant spécial du Secrétaire général, à soutenir les efforts des parties maliennes. Ils ont également félicité les parties pour les avancées enregistrées dans la mise en œuvre de l’Accord, en particulier des discussions au sein du CSE et de la CTMS qui ont abouti à des avancées concrètes (libération de sites, de quelques prisonniers, le début du processus de cantonnement).

« Nous avons noté un certain ralentissement dans le processus ; mais suite à nos réunions avec les autorités maliennes, les groupes armés, la société civile et l’ensemble de la communauté internationale présente au Mali, nous sommes encouragés du fait qu’il y ait une volonté d’aller de l’avant » a martelé Gérard Araud.

 

 

Avant d’exhorter les parties à entamer des discussions inclusives en vue d’une solution durable sans préalables. Il est impératif de lancer ces discussions dans les plus brefs délais et avec un calendrier précis. Pour lui, ce cadre politique est nécessaire pour consolider les acquis sécuritaires ; pour stimuler le processus de cantonnement et, enfin, aboutir à un véritable processus de DDR.

 

 

Nous soutenons tous les efforts des partenaires bilatéraux et multilatéraux à contribuer à cette fin et encourageons la participation des partis dans les séminaires sur les leçons apprises, le cantonnement et le développement, a indiqué M. Bers Konders.

Quant au désarmement et au cantonnement des groupes armés, la délégation après avoir rencontré toutes les parties prenantes de la crise, a émis des propositions allant dans le sens d’une solution définitive de cette crise.

 

 

« Nous devons rester vigilants ; surtout dans un contexte de défis asymétriques et l’absence d’un cadre politique inclusif risque d’être exploitée par des « fauteurs de trouble ». Nous encourageons le gouvernement à continuer à déployer l’administration particulièrement au nord afin de rétablir les services sociaux de base » a conclu M Araud.

Amadou Camara

 

SOURCE: 22 Septembre
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *