Communiqué du Cadre de Concertation et d’Action Ganda Koy/Mouvement Bouctou Protection/FLN : Des mouvements membres de la CMFPR2 disent non au fédéralisme

Le Cadre de Concertation et d’Action Ganda Koy, le Mouvement Bouctou Protection et le Front de Libération Nationale (FLN) dénoncent avec la dernière énergie, la signature faite par les quatre représentants de la CMFPR2 avec d’autres groupes armés exigeant le fédéralisme au Mali, dans le cadre des pourparlers entamés à Alger.
negociation pourparles paix dialogue combattant soldat militaire groupe bandits armee rebelle touareg terroriste mnla

En effet, jamais la CMFPR2, n’a indiqué, ni dans sa plate forme, ni dans ses nombreux ateliers organisés, ni dans ses principes et convictions permanemment défendus, une quelconque idée de fédéralisme ou fédération, d’autonomie ou d’indépendance.

Toutes les réflexions ont constamment tourné autour de décentralisation poussée, statut particulier ou régionalisation, en fonction du contenu qu’on veut bien leur donner, pour les régions Nord du Mali.

Les délégués n’ont reçu un mandat de quiconque (ni d’aucun mouvement membre, ni de la CMFPR2 elle-même), pour agir comme ils l’ont fait. Ils n’avaient aucune qualité pour cet exercice périlleux sans s’en référer à la coordination nationale.

Par conséquent, le Cadre de Concertation Ganda Koy, le Front de Libération Nationale (FLN) et le Mouvement Bouctou Protection les exhortent à revenir urgemment sur cette position hasardeuse, qui jure avec nos convictions et notre inlassable combat pour nos communautés, les régions Nord du Mali et la République. C’est encore possible avant qu’il ne soit trop tard. Les hommes de la Coordination (HCUA/MNLA/MAA), qui se battent pour leurs communautés et l’AZAWAD, sont censés comprendre notre combat pour les régions Nord du Mali et nos communautés sédentaires dont les intérêts doivent scrupuleusement nous guider tout au long de ce processus.

Je ne terminerai pas sans féliciter chaleureusement, Me Harouna Tourhé, pour le courage physique dont il a fait montre à refuser cette compromission.

On ne peut pas avoir accouché Ganda Koy en 1994 dans les douleurs de l’enfantement et avoir un autre comportement vis-à-vis de l’Etat, de la République et de nos communautés.

Par conséquent, le Cadre de Concertation et d’Action Ganda Koy, le Front de Libération Nationale (FLN) et le Mouvement Bouctou Protection, se démarquent totalement de cette prise de position pour le fédéralisme.

Et l’histoire jugera les uns et les autres à leurs actes.

Les Présidents

Mahamane Alassane Maïga (Cadre de Concertation et d’Action Ganda Koy)

Sbeyti Ag Akado (Mouvement Bouctou Protection)

Mahamadou Moussa Maïga (FLN)

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.