Burkina Faso : “Les massacreurs ont pu opérer leur œuvre de mort sans être dérangés”

Avec un bilan d’au moins 160 morts, le massacre de la ville de Solhan dans la nuit de vendredi à samedi constitue l’attaque la plus meurtrière depuis 2015 dans le pays. Plusieurs experts analysent cette tuerie qui plonge à nouveau le Burkina Faso dans l’horreur jihadiste.

Trois jours de deuil national décrété, l’ONU “indignée”,le Burkina Fasopaie encore un lourd tribut dans laguerre contre le jihadisme. Le nord du pays a été frappé par deux attaques en quelques heures, dont l’une a fait au moins 160 morts dont une vingtaine d’enfants, selon un dernier bilan, la plus meurtrière dans ce pays depuis le début de l’insurrection en 2015.

Le massacre le plus important s’est déroulée à Solhan, chef lieu du département du même nom à proximité de la frontière avec le Mali et le Niger dans la zone dite des “trois frontières”. Cette ville est notamment connue pour être un carrefour abritant des milliers de mineurs venus chercher de l’or.

Vers deux heures du matin, dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 juin, des assaillants ont investi la ville à bord d’une vingtaine de motocyclettes. Leur première cible a été un poste des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), des supplétifs des Forces armées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Puis les terroristes se sont dirigés vers les habitations et ont massacré les civils sans distinction d’âge, ni de sexe.Selon des sources sécuritaires citées par RFI, l’âge des victimes varie entre 8 mois et 45 ans. Une grande majorité sont des jeunes. Au Burkina Faso, près de 80 % de la population a moins de 35 ans.

Les assaillants ont également pillé, incendié des boutiques et brûlé des véhicules avant de repartir à cinq heures.

Cet attentat n’a pas encore été revendiqué mais deux grands groupes, qui opèrent dans la zone, sont pointés du doigt : le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), filiale d’Al-Qaida, et l’organisation État islamique au Grand Sahara (EIGS). À ces deux acteurs principaux s’ajoutent des groupes locaux plus ou moins structurés comme Ansarul Islam, mouvement fondé fin 2016 par l’imam radical Ibrahim Malam Dicko, dont le gros des troupes a rejoint EIGS.

Des secours qui arrivent trop tard

Les forces armées seraient arrivées une à deux heures après le départ des jihadistes. “Les massacreurs ont pu opérer leur œuvre de mort sans être dérangés alors que vous avez des détachements militaires supposés être à une vingtaine de kilomètres”, explique le journaliste Vincent Hugeux sur France 24.

En effet, des forces armées sont stationnées à Sebba, situé à une dizaine de kilomètres de Solhan, dans la même province du Yagha. Comment expliquer un temps d’intervention aussi long ? “L’accès à Solhan est difficile, il n’y a pas de route. C’est une piste”, détaille le chercheur burkinabé Mahamoudou Savadogo, spécialiste des questions de sécurité, joint par France 24. “Il faut faire aussi très attention aux mines qui sont placées par les terroristes sur l’itinéraire des forces de sécurité qui doivent donc faire preuve de beaucoup de prudence”.

Selon un élu local cité par l’AFP, trois civils ont d’ailleurs perdu la vie sur l’axe Solhan-Sebba après l’attaque lorsque la charrette qui les transportait a sauté sur une mine artisanale.

“L’armée burkinabé est aussi souvent sous-équipée”, précise pour France 24 Tanguy Quidelleur, chercheur à l’Institut des sciences sociales du politique et fin connaisseur du Burkina Faso. “Par ailleurs, intervenir la nuit est extrêmement dangereux. Même en journée, ils hésitent à patrouiller dans certaines zones et préfèrent se barricader”.

L’attaque intervient quelques semaines après la visite dans la région du ministre burkinabé de la Défense. Chérif Sy avait alors salué une amélioration de la situation sécuritaire. Ce déplacement devait symboliser la reconquête du pouvoir central après des mois d’emprise jihadiste. “La séquence est troublante. Le ministre de la Défense avait en effet eu l’imprudence de constater une forme de retour à la normale et avait d’ailleurs visité à cette occasion le détachement de Sebba”, rappelle Vincent Hugeux.

“On peut avoir l’impression qu’il s’agit d’une réaction à l’action du gouvernement”, confirme Mahamoudou Savadogo. “C’est aussi une guerre de communication”, ajoute-t-il.

L’attaque de Solhan signerait donc un nouveau cap franchi dans la campagne de déstabilisation visant l’État burkinabé, déjà affaibli et incapable d’assurer la sécurité des habitants des zones rurales.

Civils en danger

Lors du massacre de Solhan, les premières victimes ont été des membres des VDP, des civils formés militairement en deux semaines pour appuyer la contre-insurrection.

“Avec la montée de l’insécurité depuis 2015, une galaxie de groupes d’autodéfense a vu le jour”, rappelle Tanguy Quidelleur. “Ces groupes ont été institutionnalisés en 2020 avec la création des VDP, chargés d’appuyer l’armée régulière avec des missions de renseignement mais aussi opérationnelles”.

Si les VDP ont enregistré des succès importants dans certaines régions, les spécialistes interrogés par France 24 indiquent qu’ils exposent aussi les populations civiles à des représailles. “Depuis le mois de février, les jihadistes ont entrepris de mener une guerre ouverte contre les VDP”, explique Mahamoudou Savadogo.

“À Solhan, le poste des VDP a été attaqué puis ensuite les civils ont été massacrés car considérés comme complices. On peut penser à un cycle de vendetta”, suppose Tanguy Quidelleur. “Certains VDP eux-mêmes ont pu se rendre coupables d’exactions sur des populations accusées de collaborer ou d’avoir des liens familiaux avec des jihadistes”.

Contrairement à d’autres attaques, les assaillants n’ont fait aucune distinction entre les hommes et les femmes, les jeunes et les adultes. “Il y a une guerre d’influence entre le GSIM et l’État islamique dans la zone des trois frontières. Peut-être que ce massacre de civils est une manœuvre de l’État islamique pour discréditer Al-Qaïda qui opère dans la zone ?”, avance Mahamoudou Savadogo.

Quoiqu’il en soit, les civils sont de plus en plus ciblés au Burkina Faso. L’attaque de Solhan avait été précédée quelques heures plus tôt d’une autre attaque dans le village de Tadaryat, au cours de laquelle au moins 14 personnes, dont un supplétif civil, ont été tuées.

Une semaine plus tôt, quatre personnes – dont deux membres des VDP – avaient perdu la vie dans deux autres attaques dans cette même zone.

“Après avoir ciblé les symboles de l’État, les jihadistes ont commencé à attaquer les civils à partir de 2019 et 2020 car certains étant armés, ils sont considérés comme des combattants”, analyse Mahamoudou Savadogo.

Depuis 2015, les violences jihadistes ont fait plus de 1 400 morts etdéplacé plus d’un million de personnesau Burkina Faso.

 

Source : france 24

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *