Bert Konders face a la presse hier : « On peut faire plus mais on ne se substituera pas à l’Etat »

C’est ce qu’ affirmé le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU dans notre pays, Albert Gérard Konders, au cours d’une conférence de presse, qu’il a animée, hier mercredi 2 juillet 2014 au siège de la Minusma.

 M. Albert Gerard Koenders.

L’objectif de cette conférence selon le conférencier est de faire le bilan d’une année d’existence de la Mission intégrée Multidimensionnelle des nations unies pour la stabilité du Mali ( Minusma) dans notre pays et de présenter le nouveau mandat que le conseil de sécurité vient de lui confié.

Le conférencier du jour pour camper le décor dira par rapport à leur bilan d’une année, que la Minusma a 8 300 soldats sur le sol malien qui ont effectué 17 000 patrouilles au Mali. Aussi que les 90% de ses troupes sont déployées dans le nord du Mali. Elle a formé 4 800 membres des forces armées et de sécurité du Mali ; participer à l’identification de 83 zones dangereuses et la récupération et la destruction de plusieurs milliers de munitions et d’armes lourdes ; le déploiement de 1 000 policiers dans plusieurs localités maliennes.

Bert Konders soutient qu’aujourd’hui, il y a des possibilités d’instaurer un  dialogue politique sincère. Que l’optimisme est grand de tous les cotés. Il y a une possibilité réelle d’aller vers des pourparlers inclusifs. Mais que face la délicatesse que la situation a connu, le conseil de sécurité a décidé de reformuler le mandat de la Minusma, car ils veulent encore une fois prouver leur solidarité envers le peuple malien.

Selon lui, maintenant il faut regarder en face ce que veut les maliens, c’est ainsi que tous les membres du conseil de sécurité sont avec le Mali. Le nouveau mandat de la Minusma dira Konders, est robuste mais respecte les principes des Nations Unies à savoir le maintien de la paix. Elle réaffirme la souveraineté et la forme laïque de l’Etat. La nouvelle Minusma ne fera  recours à la violence qu’en cas de légitime défense ou pour la protection des civils. Elle est autorisée avec tous les moyens et les capacités dont elle dispose dans les limites de ses zones d’intervention.  Il affirme que la Minusma ne se substituera pas à l’Etat malien, car il est souverain. Elle est une force dissuasive qui a un mandat qui cours jusqu’au 30 juin 2015.

L’appel au respect de l’accord de Ouaga

Albert Konders pense que l’accord de Ouaga reste très crucial et qu’il en a eu à le dire aux groupes armés. Selon lui, le seul cadre de référence dans le retour de la paix reste l’accord. Que dans le premier rapport qu’il a reçu, il est fait cas des informations par rapport à la violation des accords.

Selon le conférencier le conseil de sécurité est formel, la solution de la crise malienne est politique et rien d’autres donc, il est important d’aller vers des vrais pourparlers politiques entre maliens. Aussi, il soutient que c’est une chance historique que le Mali a d’être soutenu par l’ensemble des membres du conseil de sécurité.

Il conclu qu’une commission d’enquête internationale est en cours pour situer les responsabilités afin que la justice soit rendu, car ce qui s’est passé à Kidal est intolérable. Il a appelé à plus de vigilance par rapport au cessez le feu.

Harber MAIGA

SOURCE: Le Prétoire
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.