Attaques contre la MINUSMA : Deux Burkinabè tués

Au Nord du Mali, les forces onusiennes de la MINUSMA sont aujourd’hui la cible des jihadistes. Pour preuve, les attaques répétées contre les militaires des Nations Unies. La dernière attaque en date est celle du samedi dernier à Ber, non loin de Tombouctou, au cours de laquelle deux soldats burkinabè la vie suite à un attentat à la voiture piégée attribué à Aqmi. Les deux kamikazes ont péri aussi dans l’explosion En moins, d’une semaine, c’est la troisième fois que les jihadistes font parler d’eux dans le nord du Mali. Face à cette insécurité grandissante au Nord du Mali, l’ONG Médecins du Monde a décidé de quitter la région.

 Policiers Senegalais contingent minusma

L’insécurité va de plus en plus grandissante dans la partie septentrionale de notre pays. Les forces du mal, les jihadistes, sont toujours présentes dans le nord du Mali. Pour preuve : ils ont organisé, ce samedi 16 août 2014, un attentat à la voiture piégée à environ 60 kilomètres de Tombouctou.

Et le bilan est catastrophique : on parle désormais de deux casques bleus burkinabè tués, en plus des deux kamikazes qui ont péri dans l’explosion. Il y aurait quatre blessés.

En plus des deux militaires Burkinabé, d’autres blessés, rapidement transférés vers une structure sanitaire par hélicoptère. Toutes les victimes du côté de l’ONU sont des militaires onusiens du Burkina Faso.

Le contingent Burkinabé de la Minusma et les forces maliennes assurent l’essentiel de la sécurité de Tombouctou et de ses environs. Plusieurs témoins disent ne pas être surpris par cette attaque. Car, depuis quelques jours, il semble que des jihadistes avaient rôdé autour du camp de Ber. A 23 kilomètres de là, dans la nuit de jeudi à vendredi, plusieurs véhicules suspects avaient été aperçus.

Ce samedi, après l’attaque, que ce soit à Ber ou à Tombouctou, les forces maliennes et onusiennes ont le doigt sur la gâchette. Car, elles sont rassurées, l’ennemi ne pourrait être pas très loin.

Il faut noter que l’attaque du camp de Ber près de Tombouctou est la troisième opération des jihadistes en moins d’une semaine contre les forces de la mission de l’ONU au nord du Mali. Déjà, en milieu de semaine, un véhicule de la Minusma avait sauté sur une mine dans le Nord-Est. Trois de ses occupants, tous des Casques bleus, ont été blessés.

Vendredi, un autre véhicule de la mission onusienne, a également sauté sur une mine, blessant un soldat. Chassés des principales villes du nord du Mali, essentiellement par les forces françaises, début 2013, les jihadistes se réorganisent de plus en plus sur le terrain et se rapprochent dangereusement des principales villes du Nord.

Les militaires français de l’opération Barkhane ont par exemple récemment arrêté, dans la même région de Tombouctou, trois extrémistes qui étaient en train de réinstaller sur place une cellule d’Aqmi.

SOURCE: Le Malien  du   18 août 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.