Attaque terroriste à l’hôtel Nord-Sud : Un Togolais parmi les suspects

 

attentat attaque fusillade djihadiste islamiste terroriste hotel azalai nord sud Quatre mois après l’attentat terroriste du Radisson-Blu, c’est au tour de l’hôtel Nord-Sud, abritant le quartier général de l’Eutm, d’être le théâtre d’une fusillade. Cette attaque ratée a fait un bilan d’un mort et deux terroristes aux arrêts. Dix-neuf personnes ont été interpellées, dont un étranger.

L’hôtel est en effet le lieu de résidence des militaires instructeurs de la Mission de formation de l’Union européenne au Mali (Eutm). Il se situe dans le quartier huppé de l’ACI 2000, à quelques dizaines de mètres de l’ambassade américaine. Beaucoup d’informations circulent actuellement à Bamako. Ce qui doit imposer la retenue, d’autant plus que le périmètre a été complètement quadrillé par des éléments des forces de l’ordre. L’Afrique de l’Ouest compte des cellules terroristes dormantes qui comptent  dans leurs rangs plusieurs jeunes prêts à frapper tous les pays de la sous-région, a indiqué mercredi une source des services de renseignement occidentaux, lors du point de presse du Directeur général de la police. Selon le Contrôleur général Moussa Ag Infahi, qui était face à la presse le mardi dernier 22 mars, jusqu’à mardi 22 mars, les forces de sécurité ont interpellé dix-neuf personnes, dont des Maliens et des étrangers. Aussi, ont-elles découvert sur l’assaillant tué aux premières heures de l’attaque, un PM AK 47 et un sac contenant des grenades. Moussa Ag Infahi de souligner que, alertées, les forces de sécurité maliennes n’ont pas mis du temps pour arriver sur les lieux. Tout le quartier ACI a été immédiatement bouclé par les forces maliennes qui ont procédé au ratissage et aux fouilles des bâtiments qui sont à proximité de l’hôtel. A l’issue de ces fouilles, 19 personnes ont été arrêtées, parmi lesquelles un Togolais, dira le DG de la police. Selon lui, deux individus présentant des indices concordants sont considérés comme étant les camarades de l’assaillant abattu. Ils avaient sur eux, au moment de leur interpellation, des fusils PM, des grenades et des chargeurs. La police scientifique malienne a procédé au prélèvement d’indices et les enquêtes sont en cours. Toutes choses qui permettront, a indiqué le DG de la police, de déterminer le degré d’implication de chaque individu interpellé. Le téléphone de l’assaillant abattu a commencé à livrer quelques secrets.                 Dès son retour de voyage, le président Ibrahim Boubacar Kéita s’est exprimé devant la presse sur l’affaire. Pour IBK, «nous sommes tous aujourd’hui en danger quelque part. En danger d’individus, j’ai peine à dire, d’hommes, d’individus qui ont décidé de rompre avec le genre humain. Avec ce genre d’individus, il n’y a rien d’autre à faire que de les combattre avec acharnement pour les éliminer, les éradiquer».

La veille de cette rencontre avec le DG de la police, le ministre de la Sécurité, le Colonel-major Salif Traoré, dans une déclaration à la presse, soutenait que, « au nombre de deux voire trois, ces personnes avaient pour objectif soit Orabank ou le QG de l’Eutm. En tout état de cause, l’hôtel Nord-Sud a essuyé des coups de feu, et les éléments de l’Eutm et les agents de la Garde nationale qui assurent la sécurité ont riposté. Et de souligner que l’un des assaillants a été abattu et des dispositions sont en train d’être prises pour vérifier le sac qu’il portait sur lui, qui pourrait contenir des explosifs. Et de soutenir que « deux suspects ont été interpellés, et qui sont d’ores et déjà en train d’être interrogés ». Il fera ensuite savoir que les opérations continuent sur le terrain avec des forces spéciales en alerte maximale. Il faudra saluer la bravoure des forces de défense et de sécurité maliennes qui ont réagi, cette fois-ci, avec promptitude et efficacité. Une manière pour elles de rassurer les populations quant à leur sécurité, face à cette menace terroriste.

Le pacte Amadou Kouffa-Iyag Ag Ghali                                                   Comme à chaque fois, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l’attaque qui n’a pas fait de carnage. Mais, selon des experts de la sécurité, ces attaques émanent des hommes du prêcheur radical Amadou Kouffa du Front de libération du Macina. Car ce dernier, soutenu par le tout-puissant renard du désert, Iyag Ag Ghali d’Ansar Dine, est prêt à faire feu de tout bois afin de faire oublier un tant soit peu son mentor. Et le scénario est le même. Car l’on se souvient que l’attentat contre le Radisson Blu avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et le Front de libération du Macina d’Amadou Kouffa. Au vu des cellules dormantes qui sont présentes dans le pays, la lutte contre le terrorisme ne peut être l’apanage d’un seul pays. Il faudra que les pays de la sous-région travaillent ensemble. C’est-à-dire renforcer la coopération au niveau du renseignement. Toute chose qui sera d’un atout très utile pour lutter efficacement contre ce fléau.

Paul N’GUESSAN

 

Souce : Le Prétoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *