Attaque terroriste contre le poste de contrôle de Bougouni faisant cinq morts : Le laxisme et la négligence des autorités sécuritaires dénudés

La situation sécuritaire de notre pays est plus que préoccupante car les attaques terroristes sont devenues presque le quotidien des pauvres populations maliennes. Le poste de contrôle de Bougouni sur la RN7 abritant le poste de police, la Douane, de la gendarmerie et du poste phytosanitaire de l’Agriculture a été la cible d’une attaque meurtrière, dans la nuit du samedi au dimanche 30 mai dernier aux environs de 3 heures de matin, perpétrée par des hommes armés non encore identifiés pour reprendre le terme fatidique des autorités sécuritaires, faisant malheureusement cinq morts dont un sous-officier de la police et quatre civils. 

e sources concordantes, les assaillants sont venus à motos en deux groupes. Le premier groupe s’est dirigé vers le poste de péage et le second vers le poste de police. Et de poursuivre qu’une fois confortablement postés, les assaillants qui étaient au niveau du poste de péage ont donné l’assaut. Ainsi, le crépitement des armes de ces derniers a créé une véritable panique. Et dans cette débandade, ceux qui étaient planqués au niveau du poste de police ont commencé à tirer sur la foule. Dans leur folie meurtrière, les assaillants ont tué cinq personnes dont un sous-officier de la police nationale. Ils ont aussi incendié deux véhicules.

Le hic dans cette histoire, c’est que cette bande a pu mener d’une main de maitre cette opération et s’éclipser tranquillement sans la moindre résistance des forces armées et de sécurité. Heureusement que, comme indiqué par nos sources, les agents des Eaux et forêts ont intercepté les assaillants dans leur retrait et ils ont eu un accrochage avec ces derniers. Et d’ajouter qu’au cours de cet accrochage un des membres du commando qui a lancé l’assaut contre le poste de Bougouni a reçu une balle. Aussi, ils ont laissé des pièces d’identité dont les photos des individus circulent déjà sur la toile et un avis de recherche est ainsi lancé pour retrouver les personnes concernées.

Après l’attaque, comme nos autorités savaient si bien le faire, le Gouverneur de la région Bougouni, le Général Kéba Sangaré, s’est rendu sur les lieux pour constater les dégâts. Ensuite, un détachement des Forces spéciales antiterroristes (Forsat) a été déployé dans la ville pour les opérations de ratissage.

Aussi, le chef de l’exécutif régional de Bougouni a saisi l’occasion pour lancer un appel aux populations à une franche collaboration avec les forces de défense et de sécurité car, de sources proches du dossier, une fillette de sept ans environ avait aperçu les assaillants au cours de la journée et les avait signalés à ses parents, lesquels n’y avaient prêté attention. Le gouverneur a demandé aux forces de défense et de sécurité de rester en alerte maximale. Ensuite, il s’est rendu au Cscrf de Bougouni afin de souhaiter prompt rétablissement aux sept blessés dont trois dans un état grave.

Notons que le bilan fait état de cinq morts dont un sous-officier de la police, un agent des services phytosanitaires de la Direction régionale de l’agriculture, deux apprentis chauffeurs et un corps non encore identifie.

Boubacar PAÏTAO

Source: Aujourd’hui-Mal

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *