Attaque de Nampala : l’œuvre d’un déserteur de l’armée proche d’Iyad Ag Ghaly

L’attaque de Nampala, le lundi 5 janvier 2015, a suscité beaucoup d’interrogations au sujet notamment de ses auteurs. En réalité, il s’agit de jihadistes dont certains ont échappé à l’Opération Serval à Konna, en janvier 2013. Lesquels ont même participé à la prise de Diabaly avec Oumar le barbu du Mujao.

iyad ag ghaly ansar eddine islamistes kidal

En effet, selon nos sources, c’est un déserteur de l’armée malienne qui a mené cette attaque, un certain Diallo, chef de guerre d’Amadou Koufan de Konna. Diallo est originaire d’un village situé à 10 Km de Nampala. Il connaît très bien la zone et s’était renseigné sur les positions et le camp de l’armée malienne.

Il faut signaler qu’Amadou Koufan est très connu à Konna. C’est lui d’ailleurs qui avait mis ses éléments au devant lors de l’attaque de Konna. Diallo est très proche d’Iyad Ag Ghali, à travers son maître Amadou Koufan. Beaucoup de militaires maliens ne le connaissent pas. Mais il s’agit bien d’un militaire déserteur malien en poste dans la région de Gao. Selon nos sources, il a rejoint Aqmi et le Mujao lors de l’occupation de Gao avant d’être envoyé à Kidal.

Ayant des liens de parenté avec Amadou Koufan, celui-ci l’enverra à Konna pour préparer l’attaque de cette ville. Il devient ensuite le formateur de la Katiba Koufan et son chef de guerre. Il serait celui qui aurait fourni beaucoup d’informations aux terroristes et jihadistes sur l’armée malienne. Par ailleurs, à en croire nos sources, certains habitants de Mopti affirment l’avoir aperçu dans leur ville une semaine avant l’attaque de Nampala. Il y était venu pour faire des achats de céréales.

Selon les mêmes sources, Diallo, le déserteur, a mené l’attaque du 5 janvier 2015 avec une trentaine d’éléments à bord de deux véhicules appuyés par une vingtaine de motos. Il serait ensuite revenu dans son village pour tuer son propre père qui a condamné l’attaque contre les militaires maliens.

Au cours de cette attaque, l’armée malienne a perdu beaucoup d’hommes dont 3 adjudants qui ont bénéficié d’une cérémonie officielle d’inhumation au camp militaire de Ségou. Les autres soldats tués ont été inhumés par leurs parents dont certains sont venus de Kéléya, Yanfolila, Koumatou et Bafoulabé. Sans aucun soutien de l’Etat malien.

SADI à Nampala aux côtés des victimes

Une délégation du parti Sadi dirigée par l’honorable Baferme Sangaré, élu à Kolondièba, et composée de Dr. Bocoum chargé des luttes sociales dans le Bureau politique, Yacouba Sogoba chargé des finances, de Lassine Cissé, Directeur de Radio Kayira de Bamako et membre du Comité central Sadi, et d’Enza Sangaré, élu municipal de Sadi, s’est rendue au chevet des familles des soldats tombés sur le champ de l’honneur, le vendredi 9 janvier 2015. La délégation a visité les quatre blessés à l’hôpital de Ségou et elle s’est rendue dans les familles des disparus à Nampala, avec quelques soutiens en nature et en espèces.

Le parti Sadi a aussi fait une déclaration invitant le gouvernement malien à prendre la mesure et l’ampleur des dégâts afin d’équiper l’armée qui a su résister aux assaillants malgré la limite de ses moyens, et en appelle à tous les Maliens pour une mobilisation de soutien aux forces armées nationales débarrassées de toute milice en son sein ou à ses côtés.

On se rappelle par ailleurs qu’au moment de l’occupation des régions du nord, l’actuel président de Sadi, Oumar Mariko, avait fait des dons aux familles des militaires à Sévaré, aux familles des déplacés et aux militaires eux-mêmes. Dans la même logique, une délégation de Sadi était à Kidal en début décembre 2014 pour s’enquérir des réalités sur le terrain. En tout cas, Oumar Mariko, le tout-président du parti Sadi, estime que la crise malienne peut être résolue au Mali, par les Maliens eux-mêmes.

 

Kassim TRAORE 

Source: Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.